Doit-on craindre une explosion des contaminations Covid avec l'hiver ?

Depuis l'arrivée brutale de l'automne fin septembre, le nombre de cas de Covid-19 a bondi de 28% en Europe. La propagation de la Covid-19 est-elle directement liée à la météo et plus particulièrement à la baisse des températures ? Faut-il craindre l'hiver et le froid ? Explications...

Coronavirus hiver
Le virus de la Covid-19 survit jusqu'à 28 jours sur les surfaces lisses (comme les écrans de téléphone portable) lorsque la température est inférieure ou égale à 20°C selon une récente étude australienne.

La période hivernale s'installe depuis fin septembre dans l'hémisphère nord avec l'arrivée brutale de l'automne et surtout du froid. Depuis 15 jours, le nombre de cas positif au Covid-19 ne cesse d'augmenter avec une hausse de 28% en Europe contre 6% dans le monde au même moment que la chute du mercure. Une hausse commune aux pays européens alors que chaque gouvernement a pris ses propres mesures pour lutter contre le virus. Alors existe-t-il un lien entre l'arrivée du froid et l'accélération de la propagation de Covid-19 ?

En hiver, le coronavirus prospère :

Aucune étude n'affirme avec certitude que l'arrivée du froid est à l'origine de la propagation du coronavirus en Europe. Santé Publique France a expliqué dans une synthèse publiée en juillet que "l'augmentation de la température et de l'humidité diminue expérimentalement la survie" de la Covid-19. Selon une récente étude australienne le virus peut survivre 28 jours sur les surfaces lisses s'il fait moins de 20°C contre 7 jours lorsqu'il fait 30°C.

Les comportements humains en hiver augmentent la propagation du virus. Lorsque le froid et la pluie arrivent, les terrasses se vident, les activités en extérieur sont stoppées, on cherche à rester au chaud. Or, on sait que le virus prolifère dans la promiscuité, les lieux clos et mal aérés. Le virus se transmet par les gouttelettes qui peuvent stagner dans l'air pendant plusieurs heures. Si le lieu n'est pas aéré régulièrement cela augmente le risque de propagation.

Pour éviter de propager davantage le coronavirus, quelques gestes simples : aérer son domicile ou son bureau plusieurs fois par jour. Cela permet de lutter contre toutes les infections virales et pas seulement contre la Covid. Il ne faut pas abuser du chauffage car il assèche l'air et nous rend plus sensibles au virus. Il faut aussi se laver les mains et nettoyer l'écran de son téléphone portable et les poignées de porte régulièrement.

La période hivernale propice aux virus ? :

Les épidémiologistes s'interrogent sur la question de la saisonnalité du coronavirus car la grippe saisonnière - qui comprend de nombreux symptômes similaires à ceux de la Covid-19 - est beaucoup plus active en hiver. Le nombre de cas de grippe saisonnière est 40 fois plus élevé en période hivernale qu'au printemps et en été. Dans les régions tropicales, elles touchent plus de gens au moment de la saison des pluies.

Le soleil nous protège car le coronavirus - comme tous les autres virus - déteste ses rayons UV, comme l'avaient démontré plusieurs études menées sur le SRAS, le syndrome respiratoire aigu sévère apparu depuis 2004. L'ensoleillement étant moins élevé en hiver, le manque de protection du soleil favorise l'augmentation des cas. L'inquiétude vient surtout de la comparaison historique avec la grippe espagnole.

Apparue en 1918, cette grippe avait fait plusieurs millions de morts à travers le monde. Le nombre de morts avait été multiplié par cinq durant la période hivernale. Si la Covid-19 suivait le même schéma que la grippe espagnole, on pourrait craindre quatre fois plus de décès cet hiver que durant la première vague du printemps 2020. À savoir qu'au cours des 250 dernières années, sur les 10 pandémies respiratoires, toutes ont connu une 2ème vague mais seulement 3 d'entre elles étaient survenues à nouveau en hiver...