Venise : premier grand test concluant pour les digues artificielles

Alors que les suites de la tempête Alex auraient pu provoquer une "aqua alta" dévastatrice à Venise, le nouveau système de digues artificielles, le système "MOSE", a pour la première fois évité les crues de se répandre jusqu'à la célèbre place Saint-Marc.

Venise
Les inondations sur la place Saint-Marc de Venise seront bientôt de l'histoire ancienne...

Les habitants s'étaient pourtant préparés au pire. Un an après les inondations exceptionnelles de novembre 2019, où la crue avait atteint 1,87 m au centre de Venise, les intempéries de samedi dernier sur le nord de l'Italie laissaient penser qu'une nouvelle "aqua alta" inonderait la place Saint-Marc.

Finalement, le système "MOSE" a enfin pu faire ses preuves, plus de 15 ans après le début du chantier. Ces digues artificielles situées en mer au large de Venise ont permis de contenir la montée des eaux. Explications.

Un système de digues "défensives"

"MOSE" est l'acronyme de "MOdulo Sperimentale Elettromeccanico" en italien, soit en français "module expérimental électromécanique". Ce nom technique décrit en fait un système de digues mécaniques, composé au total de 78 vannes à clapet, situé aux entrées de la lagune de Venise.

Ce sytème a été imaginé il y a plus de 40 ans mais il est finalisé seulement depuis le début du mois d'octobre. Le but est simple : contenir les hautes marées (aqua alta) qui gâchent la vie des habitants de Venise. D'autant qu'avec la montée lente mais inexorable des eaux, le phénomène s'est aggravé ces dernières années. Ces marées hautes ont fragilisé la lagune, en plus de fragiliser les bâtiments à chaque inondation.

Les vannes sont des caissons remplis d'eau qui sont capables de se fermer en moins de 30 minutes, permettant d'isoler la lagune de Venise jusqu'à un niveau de haute marée maximal de 3 mètres de hauteur. Le chantier titanesque a été émaillé de nombreux scandales de corruption et a coûté entre 5 et 7 milliards d'euros.

Un premier test réussi samedi dernier

Les suites de la tempête Alex qui ont provoqué des inondations catastrophiques dans les Alpes-Maritimes, se sont propagées côté italien samedi 3 octobre. Là aussi le bilan fut très lourd, avec de nombreuses victimes dans les régions du Piémont et de la Ligurie.

Le passage de la dépression aurait pu entraîner une montée des eaux à Venise. Mais à 10h samedi matin, les 78 vannes à l'entrée de la lagune ont été soulevées et même au plus fort de la tempête, l'eau ne s'est pas engouffré à l'intérieur.

Résultat, la place Saint-Marc est restée au sec, alors que sans les digues, plus d'un mètre et demi d'eau étaient prévisibles. En novembre 2019, la ville de 50.000 habitants avait été dévastée par une crue qui avait atteint la cote exceptionnelle de 1m87.

Le maire de la ville, Luigi Brugnaro, s'est réjouit sur Twitter de cette réussite :

"Tout est sec ici. Joie et fierté"

A l'avenir, avec une montée des eaux de plus en plus importante, les digues pourraient rester en place plus de 150 jours par an selon certains experts. Le risque est alors de rompre la relation de la lagune à la mer, sans compter l'interruption du trafic maritime.