La nuit se réchauffe plus vite que la journée selon une nouvelle étude

Une étude récente des températures, de la couverture nuageuse et des précipitations dans le monde entier a révélé que les nuits s'étaient davantage réchauffées que les journées. Ces résultats révèlent également des données importantes sur la faune.

Le changement climatique affecte davantage les températures nocturnes plus que les températures diurnes.
Le changement climatique affecte davantage les températures nocturnes plus que les températures diurnes.

Le réchauffement climatique affecte différemment les températures diurnes et nocturnes. Ainsi, le réchauffement nocturne est plus important que le réchauffement diurne dans le monde, selon une étude récemment publiée.

Les scientifiques de l'Université d'Exeter ont étudié les tendances du réchauffement dans le monde de 1983 à 2017, en examinant les enregistrements horaires de température, de couverture nuageuse, d'humidité et de précipitations.

Ils ont ainsi trouvé une différence de température annuelle moyenne de plus de 0,25°C entre le réchauffement diurne et nocturne sur plus de la moitié de la surface terrestre mondiale. Les jours se sont réchauffés plus rapidement dans certains endroits tandis que ce fut les nuits dans d'autres mais la superficie totale de réchauffement nocturne reste néanmoins plus importante, de l'ordre de deux fois environ.

L'étude montre que cet effet, surnommé "asymétrie du réchauffement" par les chercheurs, est principalement dû à l'évolution des niveaux de couverture nuageuse.

Une couverture nuageuse accrue refroidit la surface pendant la journée et retient la chaleur pendant la nuit, entraînant un réchauffement nocturne plus important. En revanche, la diminution de la couverture nuageuse permet à plus de chaleur d'atteindre la surface pendant la journée, mais cette chaleur est perdue pendant la nuit.

Les impacts sur la nature

L'asymétrie du réchauffement a des conséquences potentiellement importantes pour le monde naturel, en particulier pour la faune qui n'est active que la nuit ou à la lumière du jour, selon l'auteur principal, le Dr Daniel Cox, de l'Institut de l'environnement et de la durabilité sur le campus Penryn d'Exeter à Cornwall, dans le sud-ouest de l'Angleterre. Sur les réseaux sociaux, le Dr Daniel Cox a partagé l'étude récemment publiée dans la revue académique "Global Change Biology", avant de tweeter : "Notre dernier article montrant que plus de deux fois la superficie des terres dans le monde a connu un réchauffement nocturne plus important que le réchauffement diurne attire une bonne attention des médias."

“Nous démontrons ainsi qu'un réchauffement nocturne plus important est associé au fait que le climat devient plus humide, et il a été démontré que cela a des conséquences importantes sur la croissance des plantes et sur la manière dont les espèces, telles que les insectes et les mammifères, interagissent", a-t-il également déclaré.

Dans les plantes, l'augmentation des températures minimales nocturnes devrait affecter l'assimilation et la consommation de carbone, car la plupart de la photosynthèse se produit pendant la journée et est plus sensible aux températures diurnes maximales, selon la recherche.

Chez les animaux, un réchauffement diurne plus important entraîne des conditions plus sèches, combinées à des niveaux plus élevés de réchauffement global, ce qui augmente la vulnérabilité des espèces au stress thermique et à la déshydratation, a-t-il déclaré. Les espèces tropicales sont particulièrement vulnérables aux faibles augmentations de température, car elles ont évolué dans des conditions climatiques relativement constantes et stables, et vivent plus près de leur température optimale, ont également noté les scientifiques.