Ces fruits et légumes ne pourront plus être vendus sous plastique !

37% des fruits et légumes en France sont vendus sous emballage plastique. L'application d'une des mesures de la loi anti-gaspillage permettrait, selon le gouvernement, d'éviter plus d'un milliard de déchets plastiques totalement inutiles chaque année.

Emballage plastique
Selon la fondation Heinrich Boll, 45,5% de la consommation de matières plastiques servent à fabriquer des emballages.

Fini les bananes vendues dans du plastique, et les courgettes en barquette. Dès le 1er janvier 2022, certains fruits et légumes frais et non transformés ne pourront plus être vendu dans des emballages en plastique en France. Le gouvernement français a publié un communiqué ce lundi 11 octobre, précisant les délais à respecter. Les fruits et légumes les plus fragiles bénéficient d'un délai plus long avec une tolérance jusqu'en 2026.

Les revendeurs ont un délai de 6 mois pour se mettre en règle et écouler tout leur stock d'emballage. Tout comme l'agriculture conventionnelle, l'agriculture biologique est aussi concernée par cette mesure faisant partie de la loi anti-gaspillage votée en février 2020. En cas de non-respect de ce décret, les sanctions pourront aller jusqu'à 15 000 euros d'amende et 1 500 euros d'astreinte journalière.

Pourquoi tous les fruits et légumes ne sont-ils pas concernés ?

Seront concernés par ce décret à partir du 1er janvier prochain : les poireaux, courgettes, aubergines, poivrons, concombres, tomates rondes, choux, courge, panais, radis, pomme de terre, topinambours, choux-fleurs, etc... pour les légumes, et les pommes, poires, kiwis, bananes, oranges, citrons, prunes, melons, ananas, mangues, kakis, mandarines, pamplemousses et fruits de la passion pour les fruits.

Mais il y a aussi des exceptions. Les lots de plus de 1,5 kg seront toujours vendus sous emballage plastique comme "les fruits et légumes présentant un risque important de détérioration lors de leur vente en vrac", explique le ministère de la transition écologique. Pour les aliments les plus fragiles, comme les pêches, abricots, les fruits mûrs à point ou encore les fruits rouges, cette mesure prévoit un délai allant de 2023 au 30 juin 2026 afin de trouver des alternatives.

Cette interdiction des emballages plastiques ne concernera pas les produits transformés, comme les fruits et légumes épluchés ou coupés.

Lutter contre le plastique à usage unique :

Aujourd'hui en France, près de 37% des fruits et légumes vendus en magasins sont emballés dans du plastique. Et selon la fondation Heinrich Boll, 45,5% de la consommation de matières plastiques servent à fabriquer des emballages. Cette interdiction s'inscrit dans une continuité d'actions menées depuis plusieurs années et a pour objectif, commun entre la France et l'Europe, de réduire le plastique à usage unique. Le gouvernement espère "éviter plus d'un milliard d'emballages en plastique inutiles chaque année".

Les sacs de course en plastique ont déjà été retirés des caisses en 2016 et depuis 2017, certains objets en plastique ne peuvent plus être proposés à la vente : la vaisselle jetable, les pailles et autres cotons-tiges en plastique. Avec cette nouvelle interdiction, le gouvernement espèrent encourager les français à consommer en vrac avec un objectif de 20% de la surface de vente consacrée au vrac d'ici 2030 pour les commerces de plus de 400m2 afin de respecter la loi "climat et résilience".