Les concentrations de gaz à effet de serre affichent un nouveau record

Le ralentissement économique causé par COVID-19 n'a eu aucun effet sur les niveaux atmosphériques de gaz à effet de serre ou sur leurs taux d'augmentation.

La concentration de CO2 a atteint 413,2 parties par million (ppm) en 2020.
La concentration de CO2 a atteint 413,2 parties par million (ppm) en 2020.

L'abondance des gaz à effet de serre qui retiennent la chaleur dans l'atmosphère a de nouveau atteint un nouveau record en 2020 malgré les mesures de confinement dues à la pandémie de coronavirus. Le taux de croissance annuel enregistré a été supérieur à la moyenne de la période 2011-2020. Cette tendance s'est poursuivie en 2021, selon le bulletin de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) sur les gaz à effet de serre.

La concentration de dioxyde de carbone (CO2), le plus abondant des gaz à effet de serre, a atteint 413,2 parties par million (ppm) en 2020 et se situe à 149 % des niveaux préindustriels. Quant au méthane (CH4) et au protoxyde d'azote (N2O), leurs concentrations équivalaient respectivement à 262 % et 123 % des niveaux de 1750, année choisie pour représenter le moment où l'activité humaine a commencé à altérer l'équilibre naturel des La terre.

Le ralentissement économique causé par COVID-19 n'a eu aucun effet évident sur les niveaux atmosphériques de gaz à effet de serre ou sur leurs taux d'augmentation, bien qu'il y ait eu une diminution temporaire des nouvelles émissions.

Si les émissions ne sont pas arrêtées, la température mondiale continuera d'augmenter. Le CO2 est un gaz caractérisé par sa longue durée de vie et, par conséquent, le niveau de température actuellement observé persistera pendant plusieurs décennies même si les émissions sont rapidement réduites jusqu'à atteindre le niveau de zéro net.

Loin des objectifs convenus à Paris

"Le bulletin des gaz à effet de serre de l'OMM envoie un message scientifique fort aux négociateurs sur le changement climatique participant à la 26e session de la Conférence des Parties (COP26) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), qui se déroulera à Glasgow. Si le taux actuel d'augmentation des émissions de gaz à effet de serre concentrations de gaz est maintenue, l'augmentation de la température à la fin de ce siècle dépassera de loin l'objectif fixé dans le cadre de l'Accord de Paris de limiter le réchauffement climatique à 1,5 ou 2°C au-dessus des niveaux préindustriels", a déclaré le secrétaire général de l'OMM Petteri Taalas. "Nous sommes très loin du chemin balisé."

"Le dioxyde de carbone reste dans l'atmosphère pendant des siècles et encore plus longtemps dans les océans. La dernière fois qu'une concentration comparable de CO2 a été enregistrée sur Terre, c'était il y a entre trois et cinq millions d'années. À cette époque, la température était d'environ 2 à 3 °C plus élevée et le niveau de la mer, entre 10 et 20 mètres plus haut qu'aujourd'hui, mais alors il n'y avait pas 7,8 milliards de personnes sur la planète", a expliqué Taalas.

Environ la moitié du CO2 émis aujourd'hui par les activités humaines reste dans l'atmosphère, tandis que l'autre moitié est absorbée par les océans et les écosystèmes terrestres. Le bulletin met en garde contre la possibilité qu'à l'avenir, les océans et les écosystèmes terrestres perdent leur efficacité en tant que "puits", ce qui réduit leur capacité à absorber le CO2 et à agir comme régulateurs empêchant des augmentations de température encore plus importantes.