tameteo.com

Réchauffement climatique : les cyclones menacent les populations !

25% de personnes supplémentaires se retrouveront en danger, menacées par de violents cyclones tropicaux si les températures mondiales augmentent de +2°C d'ici à 2050 selon une nouvelle étude.

Cyclone
Si la population mondiale augmente et que l'on atteint les +2°C d'ici 2050, les chercheurs ont constaté une augmentation d'environ 40% de personnes exposées aux cyclones.

Avec le réchauffement climatique, les phénomènes météorologiques vont devenir de plus en plus fréquents et violents et notamment les cyclones tropicaux. À cela, il faut aussi tenir compte du paramètre de la croissance démographique. De plus en plus de populations vont se retrouver confronter aux cyclones extrêmes comme l'explique la nouvelle étude "Double avantage de limiter le réchauffement climatique pour l'exposition aux cyclones tropicaux".

"Si nous ajoutons la croissance démographique à un réchauffement climatique de 2°C, en 2050, nous pourrions même voir une augmentation d'environ 40 % de personnes exposées aux cyclones", détaille Tobias Geiger, chercheur à l'Institut de Potsdam pour la recherche sur l'impact climatique (PIK). L'équipe de chercheurs d'Allemagne, de Suisse et des États-Unis a étudié plusieurs simulations.

De plus en plus de personnes en danger :

Deux scénarios. Celui simulant +2°C d'ici à 2050 : "la population mondiale devrait culminer vers le milieu du siècle, davantage de personnes seront confrontées à des cyclones plus intenses, en raison du changement climatique – mettant cette population plus élevée en danger". Et le scénario plus optimiste imagine une hausse de +2°C jusqu'en 2100. Leurs modèles projettent une population en déclin "non forcé" et régulier dans des zones sujettes aux cyclones à l'échelle mondiale.

"Si nous réduisons rapidement les émissions de gaz à effet de serre et n'atteignons 2°C de réchauffement climatique qu'en 2100, cela limiterait l'augmentation du nombre de personnes menacées de cyclones à 20 %. Cette découverte est essentielle car elle montre que la réduction du réchauffement climatique reporte potentiellement les impacts sévères des cyclones tropicaux à la fin de la seconde moitié du siècle, quand il y aurait beaucoup moins de personnes à risque", explique Mr Geiger.

Estimer la chronologique des événements extrêmes :

Plus tard nous atteindrons les +2°C, mieux ce sera pour tous car les résultats sont effrayants : "Notre modèle montre, avec des détails sans précédent, qu'en 2050, tous les pays à haut risque de cyclones tropicaux devraient connaître une augmentation de l'exposition. En raison de la croissance démographique prévue, nous avons constaté des changements d'exposition de près de 300 % dans certains pays d'Afrique de l'Est, jusqu'à 100 % aux États-Unis et également une forte augmentation pour la péninsule arabique. Les régions du monde touchées pourraient également être confrontées à plus de pauvreté et à des migrations forcées", explique Johannes Gütschow, auteur de l'étude.

Dans le cas d'un réchauffement moins rapide, +2°C d'ici 2080 à 2100 tout en cumulant un déclin démographique, ces deux paramètres entraineraient une réduction du nombre de personnes exposées à la menace cyclonique dans les Caraïbes et en Asie de l'est, au Japon, en Chine et la péninsule coréenne par rapport à un scénario où un réchauffement global de deux degrés se produirait déjà en 2050. Vous l'aurez compris, au delà de la planète, c'est aussi et avant tout la population qui mérite d'être protégée.

Katja Frieler, co-responsable du département de recherche de PIK sur les voies de transformation, souligne : "Les réductions d'émissions qui limiteraient le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius pourraient protéger cumulativement plus de 1,8 milliard de personnes contre l'exposition aux cyclones tropicaux jusqu'à la fin de ce siècle par rapport au réchauffement dans le cadre des réductions d'émissions actuellement proposées. Il est donc grand temps de rapidement réduire les émissions de gaz à effet de serre pour assurer la sécurité du plus grand nombre".