tameteo.com

Climat : le nombre de jours à 50°C a doublé depuis 1980 !

Le nombre de journées où il a fait extrêmement chaud - avec des températures atteignant 50°C - a doublé chaque année depuis 1980 !

Désertification
Les scientifiques prédisent que ces épisodes de chaleur extrême deviendront plus graves et plus fréquents.

C'est une analyse mondiale réalisée par la BBC qui révèle cette information : les jours à 50°C et plus ont doublé chaque année depuis 1980. De plus, l'étude révèle que ces très fortes chaleurs se produisent également dans d'autres régions du monde par rapport à avant. Le nombre total de jours dépassant les 50°C a augmenté au cours de chaque décennie depuis 1980. De 1980 à 2009, les températures supérieures à 50°C sont de 14 jours par an en moyenne.

Et ce chiffre a augmenté pour la décennie de 2010 à 2019 en passant de 14 jours par an à 26 jours par an. Au cours de cette même période, on compte deux semaines supplémentaires avec des journées à plus de 45°C. Ce réchauffement mondial global menace la santé humaine et la nature et présente des défis pour notre mode de vie actuel.

Conséquences de la combustion de combustibles fossiles :

Le monde entier se réchauffe et les températures deviennent localement mortelles pour l'homme et la nature et provoquent aussi des conséquences matérielles comme des problèmes majeures aux infrastructures comme les bâtiments, routes et systèmes électriques. Pour le Dr Friederike Otto, directrice associée de l'Environmental Change Institute de l'Université d'Oxford : "L'augmentation peut être attribuée à 100% à la combustion de combustibles fossiles".

Des températures caniculaires d'environ 50°C concernent principalement les régions du Moyen-Orient et du Golfe. Mais cette année, l'été a été le plus chaud de l'histoire en Europe, avec des températures record de 48,8°C en Italie et 49,6°C au Canada. Les scientifiques tentent d'avertir les dirigeants et gouvernements que des jours à plus de 50°C se reproduiront encore et ailleurs sauf si nous réduisons les émissions de combustibles fossiles.

Le Dr Sihan Li, chercheur en climatologie à la School of Geography and the Environment de l'Université d'Oxford prévient : "Nous devons agir rapidement. Plus vite nous réduirons nos émissions, mieux nous nous porterons tous". Avant d'ajouter : "Avec les émissions continues et le manque d'action, non seulement ces épisodes de chaleur extrême deviendront plus graves et plus fréquents, mais les interventions d'urgence et le rétablissement deviendront plus difficiles".

Des risques pour la santé :

L'enquête de la BBC révèle également que durant la dernière décennie, les températures maximales ont augmenté de 0,5°C par rapport à la moyenne à long terme de 1980 à 2009. Le ressenti de ces augmentations a été différent dans le monde : +1°C en Europe de l'est, en Afrique australe et le Brésil et +2°C par rapport à la moyenne des températures maximales dans certaines régions de l'Arctique et du Moyen-Orient.

Les températures élevées (même sous les 50°C) et l'humidité peuvent provoquer de graves risques pour la santé. Une étude de l'Université Rutgers aux États-Unis publiée l'année dernière prédit que le réchauffement climatique menacerait plus d'un milliard de personnes dans le monde, soit quatre fois plus qu'à l'heure actuelle. Certaines régions du monde seront confrontées à des sécheresses extrêmes voire des désertifications qui, à long terme, feront fuir leur populations.

Ces réfugiés climatiques existent déjà dans les régions d'Afrique et au Moyen-Orient où la désertification a rendu la terre sèche et stérile, laissant les habitants rejoindre d'autres provinces pour trouver du travail.