Éruptions volcaniques majeures : peuvent-elles modifier le climat ?

Les éruptions volcaniques émettent des particules et des gaz dans l'atmosphère qui peuvent générer des effets sur le climat local et mondial. Mais quelles conditions de base sont nécessaires pour que les retombées de ces explosions naturelles affectent les conditions atmosphériques sur Terre ?

Toutes les éruptions volcaniques ne sont pas susceptibles de modifier le climat de la planète. Elles doivent remplir certaines conditions pour que cela se produise.
Toutes les éruptions volcaniques ne sont pas susceptibles de modifier le climat de la planète. Elles doivent remplir certaines conditions pour que cela se produise.

L'éruption du volcan sous-marin Hunga-Tonga-Hunga-Ha'apai dans les îles Tonga, en Océanie, au milieu de la Polynésie, a surpris le monde par son caractère spectaculaire, les images devenues virales sur les réseaux sociaux, ses conséquences catastrophiques dans les zones les plus proches et le tsunami qui a alerté tout l'océan Pacifique.

Au-delà de cette situation, en ce qui concerne notre domaine, nous nous sommes posé la question suivante : ces types de manifestations naturelles influencent-ils le climat de la Terre ? La réponse est oui même si cela dépend. Mais de quoi ?

"Les éruptions volcaniques émettent une énorme quantité d'aérosols, c'est-à-dire de particules en suspension, qui peuvent atténuer le rayonnement solaire en le rediffusant dans l'espace. Par conséquent, lorsque les éruptions volcaniques sont énormes, elles peuvent générer des atténuations brèves et temporaires de la température globale", explique Raúl Cordero, climatologue à l'Université de Santiago du Chili (Usach).

Pour qu'il y ait un effet à long terme sur l'atmosphère, l'éruption d'un volcan doit être importante, durer dans le temps, et elle doit également se produire dans la région tropicale de la planète.

Pour que cet effet se matérialise, deux conditions sont requises : "Que les éruptions soient gigantesques, soutenues dans le temps, et qu'elles aient leur origine sous les tropiques, c'est-à-dire dans la ceinture centrale de la planète. Car ainsi ces aérosols peuvent être répartis de manière plus homogène dans le monde", détaille le responsable du groupe de recherche USACH Antarctique.

Pour illustrer ce qui précède, Cordero explique ce qu'il s'est passé avec l'éruption du volcan Calbuco en 2015, dans la région de Los Lagos (Chili), où les particules en suspension ont voyagé vers l'Antarctique, elles ont donc un effet plus local et non global.

Pourquoi la planète ne se réchauffe-t-elle pas ?

"Les éruptions volcaniques injectent des gaz tels que la vapeur d'eau et le dioxyde de carbone dans l'atmosphère qui réchauffent la planète, cependant, les quantités sont faibles par rapport à celles associées au réchauffement climatique. D'autre part, les volcans émettent également des particules de cendres, de poussière et de dioxyde de soufre (SO2), qui ont la capacité de produire l'inverse : le refroidissement", détaille Ricardo Vásquez, spécialiste à la Direction météorologique chilienne (DMC).

"En se concentrant uniquement sur les effets associés aux cendres et à la poussière, ceux-ci sont principalement locaux, produisant un refroidissement autour de la zone d'éruption, car ils empêchent la lumière du soleil d'atteindre la surface, bien qu'ils aient tendance à tomber rapidement. Cependant, si les plus petites particules de poussière atteignent la stratosphère, elles peuvent perdurer des mois dans l'air et se disperser sur de plus grandes distances, générant un refroidissement dans de vastes zones" selon le météorologue.

"Différentes études ont montré que la concentration maximale de particules injectées par les éruptions volcaniques dans la stratosphère se produit environ un an après l'éruption puis commence à diminuer lentement, tandis que la température montre un comportement inverse", conclut l'expert du DMC.

La vérité est que, et cela a été prouvé par la science, des éruptions volcaniques colossales comme en Indonésie en 1883, au Guatemala en 1902, en Indonésie en 1963, au Mexique en 1982 et aux Philippines en 1991 peuvent avoir une influence en abaissant un peu la température moyenne de la planète mais de manière très ponctuelle. Il s'agit alors d'une très brève exception au sein d'une tendance au réchauffement climatique qui, au-delà de ces infimes variations, continue d'augmenter sous l'effet de l'activité humaine.