tameteo.com

Var : le plus gros feu de forêt depuis 20 ans, au moins 5000 ha brûlés

Après plusieurs jours avec des températures caniculaires et alors que le mistral s’est levé, de nombreux départs de feux ont été recensés dans le sud-est du pays. Celui de Gonfaron, dans le Var, a ravagé au moins 5000 hectares de forêt et garrigue et nécessité l’évacuation de milliers de personnes.

Il s’agit de l’incendie le plus important de l’été en France, et même depuis 2003. Cette phrase à elle seule résume parfaitement la situation dans le département du Var après une nuit d’angoisse et de lutte acharnée contre un brasier totalement hors de contrôle. Lundi, vers 17h45, un départ de feu est signalé à proximité de l’aire de repos de Sigues, sur l’autoroute A57, au niveau de Gonfaron. Attisé par le mistral et la sécheresse, l’incendie prend alors rapidement de l’ampleur avec des sautes de feu de 200 à 300 mètres qui sont observées.

Malgré des moyens colossaux déployés, à la fois sur terre avec plus de 400 hommes et dans les airs avec des avions, des hélicoptères bombardiers d'eau et le Dragon 83 de la Sécurité civile, plusieurs milliers d’hectares sont ravagés en l’espace de quelques heures. La vitesse de propagation des flammes est remarquable, de l’ordre de 3 à 4 km/h, soit l’équivalent de la vitesse d’un homme qui marche. Ainsi, à 1h du matin, le feu avait déjà parcouru 22 km, atteignant des villes comme La Garde-Freinet, Cogolin ou encore Grimaud.

Très rapidement, des milliers de personnes dont des touristes ont été évacuées préventivement, notamment dans l'arrière-pays de Cavalaire et de Saint-Tropez, autour des villages de Grimaud ou de La Môle et dans plusieurs campings. Si aucune victime n’est à recenser, les dégâts sont considérables. Outre la catastrophe écologique avec la réserve naturelle de la plaine des Maures qui a été dévastée pour moitié, une centaine d’habitations ont été touchées. Le camping Charlemagne à Grimaud a lui complètement brûlé, a annoncé la préfecture du Var. Ce mardi après-midi, environ 900 pompiers sont désormais mobilisés dans ce secteur.

La lutte contre cet incendie a été compliquée par l’épisode de mistral qui s’est mis en place lundi avec des rafales de l’ordre de 60 à 80 km/h et fait rare, le vent n’a quasiment pas baissé d’intensité au cours de la nuit. Désormais, il souffle un peu moins fort, entre 50 et 60 km/h mais devrait se maintenir jusqu’à mercredi après-midi. Ce n’est qu’à partir de jeudi que cet épisode de vent fort cessera, diminuant le risque de départs de feu mais ne le rendant pas nul non plus. En effet, la sécheresse persistante depuis plusieurs semaines et la chaleur parfois forte de ces derniers jours maintiendront des conditions favorables au développement des incendies.

Le Var n’est pas le seul département à être touché par ces feux. D’autres foyers ont été signalés ces dernières heures dans les Bouches-du-Rhône, l’Aude mais aussi le Vaucluse. Un incendie s’est notamment déclaré vers 2h du matin sur la commune de Beaumes-de-Venise avec là aussi, des flammes qui se sont rapidement propagées. Elles ont détruit plus de 250 hectares de végétation alors que 250 pompiers étaient encore mobilisés mardi après-midi avec des renforts venus d’autres départements.