tameteo.com

Va-t-on pouvoir se protéger des tiques grâce aux prévisions météo ?

Des chercheurs français de l'INRAE ont établi un modèle de prévision d'activité des tiques en France, qui permettra à terme de déterminer les moments les plus à risque en fonction des conditions météo, sur le modèle des cartes de vigilance de Météo France.

Tiques
Les zones les plus favorables à la présence de tiques se situent dans le Centre, le Nord-Est et le Sud-Ouest de la France.

Bonne nouvelle pour les randonneurs et les promeneurs du dimanche ! Des chercheurs français de l'INRAE (Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement) ont développé une carte indiquant les zones les plus favorables à la présence de tiques, insectes très redoutés.

Ce projet, basé sur des relevés météo et des données liées à la végétation et aux sols, s'accompagne d'un modèle prédisant les moments les plus à risque d'exposition aux tiques en fonction des saisons et de la météo. L'idée étant de pouvoir combiner la carte et le modèle pour mieux prévoir le risque de piqûres.

Quelles régions sont les plus à risque ?

La carte de l'INRAE montre que les zones les plus favorables à la présence de tiques se situent dans le Centre-Val-de-Loire, le Grand-Est et le Sud-Ouest de la France. Sur le pourtour méditerranéen (notamment les Bouches-du-Rhône) et en haute montagne, leur présence est bien plus discrète.

Les tiques, responsables de la maladie de Lyme, aiment se loger dans des sols riches en végétation ou dans les forêts de feuillus. En revanche, elles évitent les zones rocailleuses, le macadam, l'altitude et les forêts de conifères.

Ces insectes raffolent donc des forêts humides, mais pas seulement. Si les piqûres ont lieu en majorité en forêt (52%), 22% se produisent en bordure de prés et de prairies, et 16% dans des jardins, d'après une étude de Santé Publique France.

Un modèle météo pour prévoir l'activité des tiques

Les tiques semblent avoir une activité marquée au printemps, mais « le printemps n’est pas le même en haut du Massif Central ou à Toulouse », reconnaît au Parisien l'épidémiologiste Karine Chalvet-Monfray, qui a participé aux recherches.

C'est en prenant en compte des paramètres tels que l'humidité, la température de l'air, mais aussi la saison et le lieu (en se basant sur la carte précédente), que les chercheurs, en réalisant 631 campagnes de collectes sur le terrain, ont établi un modèle de prévision.

Très bientôt, des alertes pourraient donc s'afficher sur nos smartphones ou dans les médias, annonçant un risque élevé de piqûres de tiques dans certaines régions, sur le modèle des cartes de vigilance de Météo France. Il sera alors impératif de se protéger en cas de sortie dans la nature.

Méfiance pour l'été 2022 ?

Alors que l'été 2022 a de grandes chances d'être plus chaud et plus sec que la normale, difficile pour autant de déterminer si celui-ci sera particulièrement risqué au niveau de l'activité des tiques. Ces insectes ont toutefois un malin plaisir à piquer les humains lors des fortes chaleurs.

Mais c'est le cocktail détonnant chaleur et humidité qui est le plus favorable pour les tiques. Si des orages viennent à frapper cet été après une période de chaleur, comme cela fut le cas il y a quelques jours, c'est pendant cette activité orageuse qu'il faudra être le plus méfiant de nos "ennemies" les tiques.