tameteo.com

1899, la série étrange de Netflix, s'inspire-t-elle de faits réels ?

La nouvelle série très étrange de Netflix, baptisée 1899, captivante et très addictive, n'en finit plus de faire parler d'elle. D'autant que son histoire pourrait être basée sur des faits réels, sur fond de navires fantômes et abandonnés…

1899 série Netflix editorial use only
1899 relate l'histoire d'immigrés européens naviguant vers New York. Ils vont vivre une expérience fascinante qui va basculer dans l'étrange, voire dans l'horreur.

C'est LA série Netflix du moment : 1899 n'en finit plus de déchaîner les passions. La nouvelle sensation de la plateforme de streaming est une idée originale de Jantje Friese et Baran bo Odar, dont l'intrigue se déroule dans le Triangle des Bermudes, lieu énigmatique et célèbre pour ses disparitions présumées de navires et d'avions le traversant.

L'histoire raconte les aventures de Maura Franklin (interprétée par Emily Beecham), neurologue et médecin anglaise très reconnue. Elle se retrouve à bord d'un navire transportant des migrants espérant commencer une nouvelle vie de l'autre côté de l'Atlantique, à New York. Lorsque leur bateau croise un autre navire de migrants pourtant porté disparu, des phénomènes étranges et inexplicables se produisent. Ils semblent s'inspirer de faits réels

L'histoire récente, Brexit et crise des migrants en Europe

1899 s'inspire tout d'abord de notre histoire très récente, celle de l'Europe. "L'angle européen a été très important pour nous, non seulement du point de vue de l'histoire, mais aussi de la manière dont nous allions la produire", explique Jantje Friese, en précisant qu'il s'agit pour la production de donner un contrepoint au Brexit et combattre le nationalisme, afin de "revenir à cette idée d'Europe et d'Européens travaillant et créant ensemble".

La série renvoie notamment à la crise migratoire européenne de 2015 ou "crise des réfugiés syriens", qui avait vu à l'époque affluer 1,3 millions de demandeurs d'asile sur le continent européen. La grande majorité des migrants (avec parmi eux également des originaires d'Afghanistan, du Nigéria, du Pakistan, d'Irak et des Balkans) ont traversé la mer Egée, de la Turquie à la Grèce.

"Nous voulions explorer ce cœur de l'Europe, où tout le monde vient d'ailleurs et parle une langue différente, et la langue définit tellement votre culture et votre comportement", ajoute encore Jantje Friese. Ainsi, les passagers du navire Kerberos sont tous d’origine différente mais partagent les mêmes rêves et espoirs quant à leur avenir dans un autre pays, comme les réfugiés des crises migratoires récentes en Europe.

Mystères anciens et navires fantômes

Le drame, l'énigme, le suspense et l'horreur qui se logent dans la série cachent finalement des faits beaucoup plus anciens et réels qui ont inspiré les créateurs pour faire frissonner le public. On l'a vu, l'intrigue se déroule dans le Triangle des Bermudes, zone de l'océan Atlantique Nord où de nombreux navires auraient disparu ou coulé avec des centaines de marins : le HMS Atlanta en 1880, le HMS Eurydice en 1978 et l'USS USS. Cyclope en 1918, entre autres. Par ailleurs, la fin du 19e siècle est riche en traversées de navires remplis de migrants dans l'Atlantique.

Entendons-nous bien : la série, qui devrait avoir une saison 2, reste une fiction, mais certains passages renvoient à des faits réels troublants, comme l'histoire du vaisseau fantôme Mary Celeste, retrouvé abandonné près des îles des Açores au 19e siècle. Le navire aurait été découvert par un autre navire passant à proximité. Après exploration, aucun passager n'a été retrouvé malgré la présence tout à fait étonnante à bord de vêtements et de rations alimentaires pour 6 mois.

Enfin, en 1845, le HMS Erebus et le HMS Terror, deux navires de la Royal Navy britannique, se sont retrouvés piégés dans les glaces lors d'un voyage à travers l'Arctique. Les 128 marins, alors qu'ils tentaient de cartographier une partie de la zone, sont tous morts de famine, hypothermie ou scorbut. Les restes des navires abandonnés ont été retrouvés en 2014 et en 2016 au Canada, au Nunavut.