Des microplastiques ont été retrouvés dans le placenta humain

C'est la première preuve de la présence de particules artificielles dans le placenta humain. Les microplastiques ont été retrouvés à la fois du côté maternel, ainsi que du côté fœtal et des membranes amniotiques. "Les mères ont été choquées" précisent les chercheurs.

microplastiques
Au total, 12 fragments microplastiques d'une taille comprise entre 5 et 10 microns ont été trouvés.

La nouvelle enquête, menée par l'hôpital Fatebenefratelli de Rome et l'école polytechnique de la région des Marches, a trouvé des particules artificielles dans 4 des 6 placentas analysés. L'étude, approuvée par le comité d'éthique, a analysé les placentas de six femmes en bonne santé, âgées de 18 à 40 ans, avec des grossesses normales, qui ont donné leur consentement à l'enquête. Au total, 12 fragments de microplastiques (PM) d'une taille comprise entre 5 et 10 microns ont été trouvés. 5 étaient du côté fœtal, 4 du côté maternel et 3 des membranes amniotiques.

Les auteurs de l'étude ont effectué une analyse du pigment PM pour déterminer sa provenance. Ils ont découvert que 3 des 12 fragments étaient identifiés comme du polypropylène, un matériau utilisé pour produire des bouteilles en plastique, tandis que neuf étaient des peintures synthétiques, pouvant appartenir à des crèmes pour le visage, du maquillage ou du vernis à ongles. Mais il est également possible que son origine provienne d'adhésifs, de désodorisants, de parfums, de dentifrices ou d'emplâtres.

Le placenta représente l'interface entre le fœtus et l'environnement, et la présence de MP dans le tissu placentaire nous oblige à reconsidérer comment ils peuvent affecter son mécanisme immunitaire. Les embryons et les fœtus doivent s'adapter en permanence à l'environnement maternel et, indirectement, à l'environnement extérieur, à travers une série de réponses complexes.

Avec la présence de plastique dans le corps, le système immunitaire est perturbé et reconnaît comme «je» (en soi) ce qui n'est pas organique. C'est comme avoir un bébé cyborg : il n'est plus composé uniquement de cellules humaines, mais d'un mélange d'entités biologiques et inorganiques. Les mères ont été choquées, commente Antonio Ragusa, premier auteur de l'étude et directeur de l'Uoc Obstetrics and Gynecology Fatebenefratelli

Bien que l'on ne sache pas encore quels pourraient être les effets ultimes de la présence de particules artificielles dans le placenta, les auteurs pensent que les particules peuvent s'accumuler et affecter la croissance fœtale. Mais il est également possible qu'ils exercent une toxicité localisée induisant et/ou renforçant les réponses immunitaires et, par conséquent, réduisant potentiellement les mécanismes de défense contre les pathogènes et altérant l'utilisation des réserves d'énergie.

"Les risques pour la santé des enfants qui contiennent déjà des microplastiques à la naissance ne sont pas encore connus" souligne Raguse - nous devons continuer à enquêter. Mais nous savons déjà par d'autres études internationales que le plastique modifie le métabolisme des graisses, par exemple. "Nous pensons qu'il est probable qu'en présence de fragments microplastiques à l'intérieur de l'organisme, la réponse du corps, du système immunitaire, puisse changer, être différente de la norme". Sur la façon dont les microplastiques pénètrent dans le corps humain, Ragusa explique que la forme prédominante est encore inconnue, mais que les voies les plus probables sont la respiration et la nourriture.