Températures de saison : pour combien de temps ?

La fraîcheur récurrente depuis le début du mois laisse place à des températures de saison en ce milieu de semaine mais cette douceur sera-t-elle durable ? Voici les dernières prévisions.

Guillaume Woznica Guillaume Woznica 22 Mai 2019 - 03:00 UTC
Le retour de plus larges éclaircies s'accompagnera d'une hausse des températures en ce milieu de semaine.
Le retour de plus larges éclaircies s'accompagnera d'une hausse des températures en ce milieu de semaine.

18°C à Nice, 19 à Tarbes, 20 à Lyon, 21 à Bordeaux et Toulouse... Les températures maximales relevées ce mardi après-midi restaient situées 2 à 4°C en dessous des valeurs dites de saison dans la plupart des régions. À Paris, le mercure n'a pas dépassé 19,8°C sous abri, ne parvenant toujours pas à franchir la fatidique barre des 20°C depuis le début du mois. D'ailleurs, jamais au cours des 60 dernières années, les thermomètres de la capitale n'étaient restés exclusivement sous les 20°C entre le 1er et le 21 mai. Mais, à partir de ce mercredi, une masse d'air plus doux va envahir le pays, faisant ainsi remonter le mercure de l'après-midi qui passera par endroits au-dessus des normales de saison.

Hausse des températures temporaire

Davantage de soleil et de la douceur généralisée l'après-midi, voilà comment nous pourrions résumer les conditions météo attendues entre ce mercredi et la fin de semaine. En ce jour des enfants, les températures minimales sont alors comprises entre 5 et 14°C, du Cantal aux rivages de la Méditerranée tandis que les maximales varieront de 18 à 23°C au nord et de 20 à 26°C au sud, avec 22°C à Paris et Strasbourg, 23 à Nantes et Grenoble et 26°C à Nîmes et Perpignan. Des pointes à 28°C seront localement possibles de l'intérieur du Roussillon à l'ouest de la Provence, en passant par les plaines du Languedoc. La journée de jeudi verra la hausse se poursuivre avec régulièrement 24°C ou plus et de nouvelles pointes à 28°C dans l'intérieur du pays méditerranéen mais aussi en Gironde.

Dès vendredi, un nouveau changement de temps est prévu par le sud-ouest avec le retour des averses parfois orageuses. En conséquence, les températures vont repasser sous les normales de saison, ne dépassant plus 16°C en après-midi à Biarritz ou encore 18 à Toulouse. Pendant ce temps, la douceur - voire la chaleur - se maintiendra dans la moitié nord et en vallée du Rhône avec des valeurs comprises entre 23 et 27°C à l'ombre, avec des pics à 29°C possibles entre le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône. Samedi, hormis pour la Provence, les maximales seront inférieures aux valeurs dignes d'une fin mai avec de 16 à 20°C d'une manière générale. Par la suite, aucune nouvelle hausse du mercure n'est prévue d'ici le Pont de l'Ascension, au moins.

Ces températures de saison voire légèrement supérieures aux normales seront très temporaires...
Ces températures de saison voire légèrement supérieures aux normales seront très temporaires...

Un mois de mai plus frais que la normale

Cette fluctuation des températures s'inscrit dans un contexte de fraîcheur persistante depuis le début du mois. Ainsi, sur les 20 premiers jours, l'anomalie est de l'ordre de -1,7°C par rapport aux normales calculées sur la période 1981-2010. Une telle anomalie de températures négative ne s'était pas produite depuis février 2018 car malgré la hausse temporaire du mercure de cette semaine, mai 2019 restera assez largement plus frais que la normale. Des gelées encore fréquentes en début de mois et des maximales qui peinent à remonter expliquent cette ambiance fraîche pour la saison.

Si dans les conversations quotidiennes, ce temps « déprimant » voire « pourri » revient souvent, notre printemps n'est pour l'heure pas si maussade que cela. Car avec un écart thermique de +1,4°C en mars, +0,6°C en avril et -1,7°C en mai (valeur provisoire), cette inter-saison est tout à fait dans les normes avec un écart global de +0,1°C. Seul l'ensoleillement accuse un déficit, en particulier dans le sud et l'est du pays, ce qui peut expliquer le ressenti très mitigé de ce printemps mais que tout le monde se rassure, l'été n'est plus très loin... D'un point de vue météorologique, il sera là dans une dizaine de jours seulement !

Publicité