tameteo.com

Qualité de l'air : mettre des plantes chez vous est essentiel !

Une nouvelle étude a révélé que des plantes d'intérieur en pot peuvent avoir des effets positifs importants sur la qualité de l'air dans les maisons et les bureaux.

plantes
Cinq plantes d'intérieur suffiraient à réduire de 20 % les niveaux de dioxyde d'azote.

Les plantes qui vivent dans nos maisons et nos bureaux peuvent réduire considérablement les niveaux de dioxyde d'azote (NO2) dans l'air, selon une étude. Dans certaines conditions, cette réduction pourrait atteindre 20 %, ce qui pourrait prévenir le développement de maladies respiratoires et d'autres problèmes de santé.

La recherche, publiée dans la revue Air Quality, Atmosphere and Health, a été menée par l'Université de Birmingham, en partenariat avec la Royal Horticultural Society (RHS).

À l'aide de trois plantes d'intérieur courantes - le lis de paix (Spathiphyllum wallisii), la plante de maïs (Dracaena fragrans) et l'arum fougère (Zamioculcas zamiifolia) - les scientifiques ont placé chacune d'entre elles dans une chambre d'essai contenant des niveaux de NO2 comparables à ceux d'un bureau situé près d'une route très fréquentée.

Au bout d'une heure, ils ont calculé la quantité de NO2, un polluant courant, qui avait été éliminée par chaque plante. Ils ont constaté que les trois espèces étaient capables d'absorber environ la moitié du NO2 présent dans la chambre.

"Les plantes que nous avons choisies étaient toutes très différentes les unes des autres, mais elles présentaient toutes des capacités étonnamment similaires pour éliminer le NO2 de l'atmosphère", a déclaré le Dr Christian Pfrang, auteur principal de l'étude et chercheur à l'université de Birmingham.

Le pouvoir des plantes

L'étude s'est également penchée sur l'effet de ces plantes dans un environnement de bureau réel. Elle a révélé que la capacité des plantes à améliorer la qualité de l'air était maximale dans un petit bureau mal ventilé, mesurant environ 15 m³. Dans ce contexte, les chercheurs ont calculé que cinq plantes d'intérieur suffiraient à réduire le NO2 de 20 %.

Dans un bureau plus grand, mesurant environ 100m³, la réduction du NO2 était plus faible (3,5%). Toutefois, ce chiffre pourrait être augmenté en ajoutant davantage de plantes d'intérieur, ont-ils précisé.

La majorité de la pollution par le NO2 provient des gaz d'échappement des véhicules, ce qui signifie qu'elle tend à être beaucoup plus répandue dans les zones situées à proximité de routes très fréquentées.

La majorité de la pollution par le NO2 provient des gaz d'échappement des véhicules, ce qui signifie qu'elle tend à être beaucoup plus répandue dans les zones situées à proximité de routes très fréquentées. Elle peut avoir un impact significatif sur la santé humaine, étant liée à des maladies respiratoires graves, à une diminution de la fonction pulmonaire et à une inflammation des voies respiratoires.

Les plantes d'intérieur pourraient donc être un moyen efficace de prévenir ces troubles dans une certaine mesure, les chercheurs affirmant qu'elles offrent "un potentiel évident" pour améliorer la qualité de l'air intérieur.

Et si vous avez du mal à garder vos plantes d'intérieur en vie, la bonne nouvelle est que les trois espèces utilisées dans l'étude sont relativement faciles à entretenir et peu coûteuses à l'achat.

lis de paix
Un lis de paix, l'une des plantes utilisées dans l'étude.

Une chose que l'étude n'a pas pu expliquer est le mécanisme utilisé par les plantes pour absorber le NO2, qui reste un mystère.

"Nous ne pensons pas que les plantes utilisent le même processus que pour l'absorption du dioxyde de carbone, dans lequel le gaz est absorbé par les stomates - de minuscules trous - dans les feuilles", a déclaré Phrang.

"Rien n'indique, même au cours d'expériences plus longues, que nos plantes ont rejeté le NO2 dans l'atmosphère. Il est donc probable qu'un processus biologique se déroule également dans le sol où pousse la plante, mais nous ne savons pas encore de quoi il s'agit."