Pollution de l'air à New Delhi : la capitale indienne suffoque !

C'est malheureusement bien connu, New Delhi en Inde fait parti des villes les plus polluées au monde. Chaque année en hiver, la qualité de l'air se détériore. Cette année, la municipalité a été contrainte de fermer les écoles à cause de la pollution...

Pollution New Delhi
La pollution atmosphérique est responsable de plus d'un million de morts par an en Inde.

Ils sont 20 millions à vivre dans la capitale indienne réputée pour la dangerosité de l'air qu'on y respire. Les niveaux de particules fines PM2,5 - connues pour être les plus dangereuses pour la santé car elles pénètrent les poumons et le sang - ont atteint plus de 30 fois la limite maximale quotidienne fixée par l'OMS (Organisation Mondiale de la santé) la semaine dernière.

Cette année, la situation a commencé à se tendre dès le début du mois de novembre avec au total 16 jours où la qualité de l'air a été "mauvaise" à "extrêmement mauvaise". Face à ça, la municipalité de New Delhi s'est vue contrainte de prendre des mesures drastiques pour faire disparaître au plus vite ce nuage de pollution qui a envahi les rues de la capitale.

Écoles et chantiers fermés :

Dans un premier temps, le gouvernement avait décidé de fermer les écoles de la ville "jusqu'à nouvel ordre". Alors pour essayer de limiter les sources de pollution, la municipalité a décidé d'interrompre les chantiers de construction. Sur les 11 centrales thermiques entourant la ville dans un rayon de 300 km, 6 ont été contraint de s'arrêter de tourner jusqu'au 30 novembre prochain. La circulation automobile est aussi touchée. Les poids lourds ne peuvent plus circuler dans les rues de la capitale, sauf ceux livrant les produits de première nécessité.

La municipalité a mis à disposition de la population des bus roulant au gaz naturel. Pas sûr que les 1000 bus loués par la ville suffisent pour ses 20 millions d'habitants. C'est pour cette raison que le gouvernement préfère limiter les déplacements. Les bureaux gouvernementaux sont fermés et les fonctionnaires en télétravail. Les entreprises privées sont invitées à encourager leurs employés à télé-travailler également. Dans les quartiers les plus pollués des canons antibrouillard de pollution et des arroseurs tourneront au moins 3 fois par jour.

La pollution a tué 17 500 personnes l'année dernière :

Le gouvernement applique des mesures concrètes mais il a pourtant ignoré l'idée d'un "confinement" pour cause de pollution comme suggérée par la Cour suprême indienne. Le pays est déjà pointé du doigt pour avoir rejeté le principe de sortir progressivement des énergies fossiles et notamment du charbon. Alors que le compromis semblait acté depuis le "Pacte Climat de Glasgow". Le gouvernement ne veut pas s'attaquer à la racine du problème et limiter sa consommation de charbon. Celle-ci a presque doublé en 10 ans !

Pourtant en 2020, New Delhi a enregistré près de 17 500 décès à cause de la pollution atmosphérique. Et la pollution cause plus d'un million de morts par an en Inde ! Une récente étude de l'Université de Chicago a révélé que la pollution atmosphérique réduirait de plus de 9 ans l'espérance de vie de 4 indiens sur 10. Une pollution à laquelle sont habitués les indiens. Ce nuage de pollution revient chaque année en automne depuis environ 15 ans : la météo - les nuits froides et les jours sans vent maintiennent les polluants au sol - et l'activité humaine font ainsi grimper la pollution de l'air...