Marée noire au Pérou : une catastrophe environnementale et sociale !

L'une des pires marées noires au Pérou laisse des milliers d'espèces marines mortes, y compris des oiseaux, des poissons et des crustacés, ainsi que des pêcheurs sans nourriture ni moyens de subsistance. Ci-dessous, nous vous donnons les détails de cette catastrophe environnementale.

marée noire Pérou
Le Pérou déclare une urgence environnementale pour 90 jours dans la zone marine côtière endommagée après la marée noire. Photographie : journal El Peruano

La multinationale pétrolière et charbonnière Repsol, basée à Madrid, a plusieurs dossiers de déversements d'hydrocarbures dans diverses régions du Pérou. 2022 vient de commencer et il y a des rapports dans les régions d'Amazonas et de Loreto, mais le plus récent qui s'est produit sur les plages de la province de Callao s'avère être comme l'un des plus notoires et catastrophiques.

Après l'intense éruption du volcan sous-marin à Tonga qui s'est produite le 16 janvier dernier, l'intense éruption a provoqué de fortes vagues qui ont atteint la côte ouest de l'Amérique du Sud. Cet effet d'impact s'est produit juste au cours du processus de déchargement du pétrole brut du navire Mare Dorium, de la raffinerie de La Pampilla située dans la mer de Ventanilla, provoquant une importante marée noire.

Cette marée noire est un véritable drame pour le pays. Les autorités ont déclaré la région en état d'urgence pendant 90 jours. Des centaines de kilomètres de plage et de récif ont été contaminés, en plus de la mort de milliers d'animaux tels que des oiseaux, des poissons et des crustacés.

Dans une déclaration du ministre de l'Environnement, Rubén Ramírez, il souligne qu'"il y a de graves dommages à la biodiversité, qui peuvent même affecter la santé des gens". Jusqu'à présent, les responsables et les habitants s'inquiètent de la catastrophe naturelle la plus néfaste de ces derniers temps sur la côte de la capitale péruvienne.

Dommages collatéraux sur les plages péruviennes

On estime qu'environ 6 000 barils se sont déversés, affectant environ 2 millions de mètres carrés de mer et de côtes de divers districts de Lima, les provinces de Callao à Pacasmayo étant les plus touchées.

"Nous avons trouvé une situation malheureuse et nous essayons d'aider les animaux à respirer, à pratiquer les premiers secours, mais ils ne résistent pas, ils sont morts, recouverts d'huile", a déclaré l'activiste écologiste Virgo Gálvez à Efe Infobae tout en tenant un oiseau recouvert de pétrole brut entre les mains.

D'autre part, selon le ministère de l'Environnement, les courants marins ont propagé le carburant le long de la côte, affectant plus de 21 plages. De plus, les pêcheurs font face à la catastrophe en soulignant qu'ils sont sans travail et sans nourriture.

Pendant ce temps, d'autres personnes qui vivaient d'activités liées aux plages, telles que le tourisme et la vente (restaurants, location de parapluies, vendeurs ambulants et boutiques d'artisanat), subissent un préjudice économique.

Fuera Repsol de Perú
El descontento de los peruanos es evidente tras las catástrofe ambiental en las principales playas del país. Fotografía: AFP

Évasion des responsabilités

Alors que le déversement a été qualifié de "catastrophe écologique" par le gouvernement, Repsol affirme qu'il n'est pas responsable. Selon l'entreprise, c'est de la faute des autorités maritimes péruviennes qui n'ont pas émis d'avertissements sur l'augmentation des vagues après l'éruption aux Tonga. L'entreprise Repsol est pourtant pointée du doigt dans de nombreux dossiers similaires.

Afin de ne pas nuire aux différents écosystèmes environnementaux, il serait préférable à l'avenir de se passer des énergies fossiles. Ces plateformes pétrolières sont un véritable danger pour nos océans.