tameteo.com

Incroyable, du blé vieux de plusieurs siècles pourrait nourrir la planète !

La variété de blé actuelle souffre du changement climatique, des nuisibles et des maladies. Mais les scientifiques ont peut-être trouvé la solution grâce à des archives de variétés de blé vieilles de plusieurs siècles.

Culture blé centenaire
Le blé vieux de plusieurs siècles pourrait-il éradiquer la faim dans le monde ?

Le blé est l'une des cultures les plus importantes au monde. Utilisé pour de nombreux aliments tels que le pain, les pâtes, les céréales, les gâteaux, le blé est l'une des bases essentielles de notre alimentation. La guerre en Ukraine où l'on culture beaucoup de céréales, a menacé l'approvisionnement mondial. Et ce n'est pas la seule menace.

Le changement climatique et les phénomènes météo extrêmes peuvent entraîner une réduction allant jusqu'à 6,4% de la quantité que nous pouvons cultiver dans le monde si la température mondiale dépasse les +1°C, selon les scientifiques. Et plus la population mondiale augmente, plus nous aurons besoin de blé.

L'un des espoirs des scientifiques du Muséum d'histoire naturelle d'Angleterre est de réussir à nourrir la planète. Ces derniers passent en revue les 12 000 spécimens et d'espèces apparentés, parfois vieux de plusieurs siècles, conservés dans les archives du musée. Car les cultures de blé modernes sont en difficulté.

Dans les années 1950/1960, les agriculteurs ont été contraints de cultiver des variétés de blé qui produisaient plus de céréales. Sauf qu'ils ont mis de côté d'autres variétés plus résistantes et ont fini par réduire la diversité des espèces de blé.

L'objectif des scientifiques est de (re)trouver des variétés qui peuvent pousser là où le blé moderne ne peut être cultivé actuellement et des variétés qui peuvent résister à un environnement changeant.

"Par exemple, examiner les cultures qui ont pu survivre dans des zones plus marginales - des endroits aux climats chauds et secs - pourraient aider davantage de pays en développement à augmenter leur approvisionnement alimentaire", explique le Dr Matthew Clark, généticien au Natural History Museum.

"Nous avons des spécimens qui datent d'avant l'introduction de diverses techniques agricoles, ils peuvent donc nous dire quelque chose sur la façon dont le blé poussait à l'état sauvage ou avant des choses comme les engrais artificiels", révèle Larissa Welton qui travaille pour le musée.

D'autres scientifiques, du John Innes Center de Norwich (Angleterre) recherchent également d'anciens échantillons de blé. Dans leurs archives, appelées Watkins landrace collection, on trouve des variétés vieilles de 100 ans provenant du monde entier. Stockés à 4°C, les grains sont toujours viables et peuvent être plantés et cultivés immédiatement.

L'équipe du John Innes Center recherche une espèce de blé ayant une "résistance aux maladies, résistance au stress, rendement accru, efficacité accrue de l'utilisation des engrais", révèle le Dr Griffiths. Les critères ne s'arrêtent pas là, les chercheurs espèrent trouver des variétés de blé plus nutritives.

Ce qu'il faut comprendre c'est que le blé que nous cultivons actuellement va devoir changer pour s'adapter au monde. Inutile d'en créer un nouveau, il suffit de voir ce que la nature a créé dans le passé pour trouver la variété qui pourraient sauver en partie la faim dans le monde.