tameteo.com

Refroidir artificiellement les océans pour affaiblir un ouragan est inutile

Une nouvelle étude a révélé que même si nous avions le pouvoir infini de refroidir artificiellement les océans pour affaiblir un ouragan, les avantages seraient minimes. On vous explique pourquoi dans cet article.

Pour cette étude, la simulation qui a été réalisée a montré que même avec une baisse de 2°C, la force perdue des ouragans serait minime.
Pour cette étude, la simulation qui a été réalisée a montré que même avec une baisse de 2°C, la force perdue des ouragans serait minime.

L'étude menée par des scientifiques de l'école Rosenstiel des sciences marines et atmosphériques de l'Université de Miami a montré que l'énergie nécessaire pour utiliser la technologie d'intervention pour affaiblir un ouragan avant qu'il ne touche terre est finalement une solution très inefficace pour atténuer les catastrophes.

L'auteur principal de l'étude, James Hlywiak, diplômé de l'école précédemment mentionnée, a notamment déclaré dans la revue Nature Communications Earth & Environment, que "d'énormes quantités d'eau refroidie artificiellement seraient nécessaires pour un affaiblissement très léger de l'intensité des ouragans avant qu'ils ne touchent terre".

L'image satellite de la NOAA a capturé une saison active des ouragans qui comprenait les ouragans Katia et Irma et la tempête tropicale Jose (de gauche à droite) le 8 septembre 2017. Crédits : NOAA
L'image satellite de la NOAA a capturé une saison active des ouragans qui comprenait les ouragans Katia et Irma et la tempête tropicale Jose (de gauche à droite) le 8 septembre 2017. Crédits : NOAA

En outre, Hlywiak souligne également que "l'affaiblissement de l'intensité par des montants marginaux ne signifie pas nécessairement que la probabilité de dommages aux terres et les risques de sécurité diminueraient également".

Cependant, bien que tout affaiblissement avant l'atterrissage soit une bonne chose, il est plus logique de se concentrer sur les stratégies d'adaptation, telles que le renforcement des infrastructures, l'amélioration de l'efficacité des procédures d'évacuation et l'avancement de la science autour de la détection et de la prévision des tempêtes imminentes.

La simulation de cette théorie

Pour répondre scientifiquement aux questions sur l'efficacité du refroidissement artificiel des océans pour affaiblir les ouragans, les auteurs ont utilisé une combinaison de théories d'interaction air-mer et un modèle informatique très sophistiqué de l'atmosphère.

Dans une simulation avec une grande surface d'eau refroidie à 2°C, les ouragans ne se sont affaiblis que de 15 %.

Dans leurs simulations informatiques, des zones océaniques mesurant 260 000 km², une superficie plus grande que l'état de l'Oregon, et équivalente à 21 000 km3 d'eau, ont été refroidies à 2°C. Même avec la plus grande zone de refroidissement, les ouragans simulés ne se sont affaiblis que de 15 %. La quantité d'énergie extraite de l'océan pour réaliser cette petite réduction équivaut à plus de 100 fois la quantité consommée aux États-Unis en 2019 seulement.

"On pourrait penser que la principale conclusion de notre article, à savoir qu'il est vain d'essayer d'affaiblir les ouragans, devrait être évidente", a déclaré David Nolan, professeur de sciences atmosphériques et l'un des auteurs de l'étude.

"Cependant, diverses idées de modification des ouragans apparaissent fréquemment dans les médias populaires et font même l'objet de brevets chaque année. Nous sommes heureux de pouvoir mettre quelque chose dans la littérature évaluée par des pairs qui aborde vraiment ce problème."