tameteo.com

La NOAA et Saildrone lancent une flotte de drones de suivi des ouragans

Les drones océaniques recueilleront des données critiques sur les ouragans, contribuant à améliorer les modèles de prévision et à rendre les zones côtières plus sûres.

L'un des Saildrones a été lancé depuis la Floride la semaine dernière pour suivre les données des ouragans dans le golfe du Mexique. Crédit : NOAA/Monica Allen.
L'un des Saildrones a été lancé depuis la Floride la semaine dernière pour suivre les données des ouragans dans le golfe du Mexique. Crédit : NOAA/Monica Allen.

L'agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA) des États-Unis s'est associée à Saildrone pour lancer une flotte de sept drones océaniques, chargés de collecter les données sur les ouragans de la saison de cette année.

Deux véhicules de surface sans équipage (USV) Saildrone ont été envoyés dans le golfe du Mexique la semaine dernière, rejoignant cinq autres lancés plus tôt cet été dans l'océan Atlantique et la mer des Caraïbes.

Ainsi, cette flotte de Saildrone bravera la puissance des tempêtes les plus féroces de la Terre, luttant contre des vagues de 30 mètres et des vents allant jusqu'à 250 km/h, pour mieux comprendre les forces qui conduisent les ouragans.

"Nous sommes ravis d'étendre cet effort pour collecter des données vitales à la fois dans l'Atlantique et dans le golfe du Mexique", a déclaré Richard Jenkins, PDG de Saildrone. "Combiner les données océaniques in situ avec une meilleure compréhension du fond de l'océan, nous aidera à prévoir à la fois l'intensité des tempêtes et les ondes de tempête, en gardant nos zones côtières plus à l'abri de ces événements destructeurs."

Dans l’œil de l'ouragan

L'année dernière, l'un des USV de Saildrone a capturé la toute première séquence vidéo en direct de l'intérieur d'un ouragan majeur - l'ouragan Sam de catégorie 4. La conception soignée de ces drones, équipés d'"ailes ouragan" spéciales, leur permet d'opérer dans des conditions extrêmes où aucun navire de recherche n'est capable de s'aventurer.

Une étude ultérieure utilisant les données enregistrées dans l'ouragan Sam a déterminé que les mesures du Saildrone étaient très cohérentes avec les données des satellites et d'une bouée amarrée, mettant en confiance la capacité des drones à enregistrer des données précises.

Cela offre des opportunités sans précédent pour la recherche sur les ouragans. Selon la NOAA, l'un des plus grands défis de la prévision des ouragans est de prévoir une intensification rapide, où les vents augmentent d'au moins 55 km/h en 24 heures. L'étude des échanges d'énergie entre l'océan et l'atmosphère améliorera notre compréhension de ce comportement.

C'est l'une des nombreuses tâches que la flotte Saildrone entreprendra, en plus de travailler avec d'autres instruments autonomes pour collecter et transmettre des données en temps réel pour des paramètres tels que la température de l'air, la température de l'eau, la vitesse du vent et la pression barométrique.

Une illustration des différents instruments autonomes que la NOAA utilisera pour collecter des données cette saison des ouragans. Crédit : NOAA/PMEL.
Une illustration des différents instruments autonomes que la NOAA utilisera pour collecter des données cette saison des ouragans. Crédit : NOAA/PMEL.

La NOAA dispose d'une gamme d'instruments autonomes, dont des drones Altius-600, qui peuvent être largués directement dans les ouragans par l'avion Hurricane Hunter de l'organisation, afin de prélever des mesures dans l'atmosphère.

L'objectif de tout cet équipement est de fournir des données à haute résolution pour améliorer la connaissance de la situation des prévisionnistes, ce qui se traduit par des prévisions d'ouragan meilleures et plus précises. Cela contribuera à assurer la sécurité des zones côtières et, espérons-le, à réduire à la fois les dommages matériels et les pertes de vie.

La NOAA prévoit une saison des ouragans supérieure à la moyenne cette année, avec jusqu'à 21 tempêtes nommées et de trois à six ouragans majeurs.