Avec le réchauffement climatique, nos forêts vont s'embraser !

Si nous assistons depuis plusieurs années à un allongement de la saison estivale, nous allons également assister à un prolongement de la saison propice aux incendies. Les explications sur ce phénomène et les risques pour les décennies à venir.

Incendies
Réchauffement climatique : vers des feux de forêt de plus en plus nombreux !

Depuis maintenant plusieurs années, les feux de forêt se retrouvent de manière récurrente au coeur de l'actualité. L'année dernière, on s'en souvient, l'Australie s'embrasait avec des feux de forêt catastrophiques et près de 3 milliards d'animaux tués en l'espace de six mois. Cette année, l'Amazonie a une nouvelle fois été touchée par des incendies gigantesques tout comme la Californie qui s'est retrouvée très récemment sous un épais nuage de fumée. Le cercle polaire arctique a lui aussi connu des incendies extraordinaires dans un contexte de températures anormalement élevées pour cette région (jusqu'à 38 degrés en Sibérie - une température record pour cette province russe).

Des incendies de plus en plus nombreux !

Les chiffres sont éloquents et ne laissent aucune place au doute : le nombre d'incendies est bel et bien en train d'augmenter avec le réchauffement climatique. En Amérique du Sud par exemple, au mois de mai de cette année, le nombre d'incendies était plus élevé que durant l'année 2019 toute entière. Autre exemple, depuis le début des années 70, l'étendue annuelle des feux de forêt en Californie a été multipliée par cinq !

Les périodes prolongées de temps chaud et sec jouent bien sûr un rôle primordial dans cette multiplication des feux de forêt. Des températures en effet plus élevées provoquent plus d'évaporation et assèchent a végétation, créant ainsi du carburant pour les incendies. Par ailleurs, le réchauffement climatique devrait engendrer une baisse de la pluviométrie durant les saisons propices aux incendies, aggravant alors le phénomène.

L'indice forêt météo pour mieux lutter contre les incendies

Développé au Canada à la fin des années 1970, l'indice forêt météo (IFM) permet d'évaluer le danger météorologique de feux de forêt en tenant compte "de la probabilité de son éclosion et de son potentiel de propagation" indique Météo France dans un rapport. Cet IFM est aujourd'hui utilisé dans la plupart des pays y compris en France. Météo France évalue quotidiennement l'IFM sur tout l'hexagone et envoie les données recueillies à la sécurité civile.

Cet indice est défini en corrélant plusieurs données importantes : température, humidité de l'air, vitesse du vent et précipitations. Ces données sont ensuite compilées afin d'alimenter un modèle numérique qui permet d'évaluer l'état hydrique de la végétation et ainsi le danger d'incendie qui en découle.

Une situation inquiétante pour les décennies à venir ?

Pour les décennies à venir, les simulations montrent un allongement en France de la saison propice aux incendies. Tout comme nous assistons à un allongement de la saison estivale depuis plusieurs années, nous devrions malheureusement assister à une extension de la saison propice aux feux de forêt. Cette saison pourrait débuter plus tôt au printemps pour se terminer plus tardivement en automne.

Preuve que les feux de forêt sont de plus en plus nombreux, la valeur moyenne de l'IFM en France a augmenté de 18%C entre la période 1961-1980 et la période 1989-2008. À l'horizon 2040, cet IFM moyen devrait à nouveau progresser de 30% par rapport à la moyenne 1961-2000. D'ici à 2060, cet IFM moyen pourrait augmenter jusqu'à 75% !