Vacances au ski : mauvais pour la planète ?

En cette période hivernale, nous sommes nombreux à chausser les skis pour dévaler les pistes ! Pourtant cette activité est loin d'être écoresponsable. Il existe néanmoins quelques astuces pour allier la passion du ski et l’environnement.

france ski
La France est l'une des premières destinations mondiales de ski.

Si même en l’absence de neige la saison hivernale permet de faire de belles balades, la pratique du ski demeure, elle, beaucoup plus tributaire des conditions météorologiques. Or le dérèglement climatique modifie le rythme des saisons ainsi que le régime des précipitations. La haute montagne connait d’ailleurs une hausse significative des températures, pouvant accroître le nombre d’hiver sans neige dans les années à venir. Et déjà certaines années, la neige manque à l’appel dans de nombreux massifs.

Les sports d’hiver sont-il 100% vert ?

Les vacances en montagne ne sont pas sans impact sur les écosystèmes naturels. Chaque hiver, les milliers de kilomètres de télésièges déployés, perturbent la végétation et la faune environnantes, particulièrement vulnérables en hiver. En effet, de nombreuses espèces se reproduisent durant cette période, et demeurent ainsi menacés par les activités humaines. Parmi ces animaux, on recense les chamois, ou encore les tétras-lyres : des oiseaux vivant dans les Alpes suisses.

L'enneigement artificiel constitue une autre menace pour l'environnement : 1m3 d'eau sont nécessaire pour produire 2m3 de neige artificielle. Ce système perturbe significativement le cycle de l'eau, puisque les prélèvements à la source peuvent occasionner un déficit local de la ressource. Lors des différentes étapes de production de la neige artificielle, l’eau prélevée peut aussi faire l’objet de perte : par fuite ou par évaporation. De plus, les prélèvements d’eau s’effectuent généralement en période d’étiage (niveau le plus bas d’un cours d’eau) et peuvent ainsi perturber considérablement le milieu aquatique.

canons
Pour couvrir les pistes des Alpes : 95 milliards de litres d'eau sont nécessaires.

Pour partir à la montagne en contribuant à la préservation de son environnement, il convient de privilégier les destinations labellisées « Flocon vert ». Ce label permet de reconnaître les stations de ski qui s’engagent à réduire leurs impacts écologiques. À ce jour, 21 critères doivent être remplis pour qu’une station puisse être labellisée « Flocon vert ». Ces critères sont regroupés selon différentes thématiques dont celle des ressources naturelles et écologiques.

Des vacances plus vertes

Outre le choix d’une station de ski labellisée, il existe aussi de nombreuses astuces pour séjourner de manière plus responsable. En voici quelques exemples dont la liste n’est pas exhaustive : évitez le hors-piste pour ne pas perturber la végétation sauvage (en plus des raisons de sécurité), voyagez durant les périodes d’enneigement afin de ne pas favoriser l'emploi abusif des canons à neige artificielle, privilégiez la location de matériel de ski plutôt que son achat, ou encore optez pour des équipements issus de matériaux recyclés.

La nature nous permet de glisser sur son dos montagneux tout en profitant de ses paysages à couper le souffle. A nous d’adopter des comportements responsables afin de lui rendre un peu de ce qu’elle nous offre.