tameteo.com

L'explosion d'une météorite a anéanti une ville de la mer Morte !

À Tall el-Hammam, un site archéologique en Jordanie, des chercheurs ont trouvé des preuves d'une explosion cosmique massive qui aurait détruit une ville entière il y a environ 3 600 ans. On pense que c'est la ville qui a inspiré l'histoire biblique de Sodome.

Mer Morte
Un événement cosmique massif semble être à l'origine de la dévastation d'une ville près de la mer Morte.

Depuis une quinzaine d'années, des archéologues travaillent à des fouilles sur le site archéologique connu sous le nom de Tall el-Hammam en Jordanie (Moyen-Orient). Là, ils croient avoir trouvé des preuves d'une explosion cosmique massive, qui se serait produite il y a environ 3 600 ans, détruisant une ville entière près de la mer Morte. L'explosion a dû être 1000 fois plus puissante que la bombe atomique d'Hiroshima.

En analysant des preuves archéologiques, les chercheurs estiment qu'une roche spatiale d'environ 50 mètres de large a explosé à environ 4 kilomètres au-dessus de la Terre, libérant suffisamment d'énergie pour élever la température de l'air à plus de 2000°C. Cela aurait immédiatement incinéré les structures et les corps en bois, et aurait fait fondre tous les objets métalliques comme les épées ou les lances. De plus, l'explosion a généré une onde de choc massive qui a voyagé à une vitesse de 1200 km/h, étant assez puissante pour dévaster la ville.

Tall el-Hammam
Situation de la ville de Tall el-Hammam, à un peu plus de 11 km de la mer Morte. Source : Nasa.

Les auteurs de l'article, publié dans Nature Scientific Reports, notent que "le récit d'un témoin de cet événement catastrophique aurait pu être transmis pour devenir le récit biblique de la destruction de Sodome". Selon les écritures bibliques, la ville a été détruite par sa convoitise avec les rochers et le feu du ciel. Cette histoire remonte à une époque où de nombreuses catastrophes naturelles étaient attribuées à la colère des dieux.

Depuis la fin de l'âge du bronze moyen, la région autour de Tall el-Hammam dans l'est de la Jordanie a subi une sorte de calamité civilisationnelle, restant inoccupée pendant au moins cinq cents ans. À l'origine, cette région était l'une des terres agricoles les plus productives de la région, soutenant des civilisations prospères pendant au moins trois millénaires.

Le mystère qui entoure cette région enfin dévoilé ?

Ce mystère a été étudié par des chercheurs de diverses universités et organisations depuis 2005. Les premières fouilles archéologiques ont révélé la présence de matériaux inhabituels, tels que des poteries et des fragments de briques argilo-argileuses en fusion, des cendres, du charbon de bois, des graines carbonisées, etc. Ce sont des preuves d'une destruction impressionnante.

Les guerres, les incendies, les éruptions volcaniques ou les tremblements de terre ont été retirés de la "liste des suspects" par les enquêteurs, car il était peu probable que ces événements causent le degré de destruction constaté sur le site. Ils n'étaient pas capables de produire la chaleur intense nécessaire pour provoquer la fusion éprouvée. Plus tard, les fouilleurs ont trouvé des signes qui ne peuvent s'expliquer que par un événement intense et soudain à très haute température, probablement d'un impact cosmique.

Abandon expliqué par des sols agricoles dégradés

Un impact d'astéroïde a été considéré comme une raison possible derrière les preuves trouvées par les archéologues, mais il a été exclu car il n'y avait aucune preuve d'un cratère dans la région. À l'aide d'un calculateur d'impact, les chercheurs ont déterminé que la cause la plus probable de la destruction était une explosion d'air cosmique causée par une comète ou un météore. Les calculs ont montré qu'un tel événement entraînerait le degré de destruction qu'ils ont trouvé.

L'abandon depuis plusieurs centaines d'années des localités de cette région de la mer Morte s'explique par l'hypersalinité du sol qui rendait l'agriculture impossible.

De plus, un afflux de sel lié à l'explosion a produit une hypersalinité dans le sol environnant, rendant impossible la pratique agricole. Cela a conduit à l'abandon pendant 600 ans de quelque 120 communes de la région dans un rayon de 25 kilomètres.

Selon le géologue Ted Bunch et ses collaborateurs, l'explosion aurait vaporisé ou dispersé des niveaux toxiques d'eau salée de la mer Morte à travers la vallée, empêchant les gens de cultiver.