40°C en Espagne : doit-on à s'attendre à de telles valeurs en France ?

Depuis une semaine, les 40°C sont régulièrement atteints ou dépassés dans plusieurs régions d'Espagne et du Portugal. Ces températures caniculaires vont-elles gagner du terrain dans les prochains jours pour concerner la France ? Éléments de réponse.

La canicule qui touche l'Espagne et le Portugal depuis quelques jours va-t-elle toucher la France ?
La canicule qui touche l'Espagne et le Portugal depuis quelques jours va-t-elle toucher la France ?

Sous l'influence d'un solide anticyclone s'étirant depuis les Açores jusqu'à l'ouest de l'Europe, un temps estival domine dans de nombreuses régions. Comme souvent, c'est entre l'Espagne et le Portugal où les températures sont les plus élevées. Depuis plusieurs jours, la barre des 40°C est ainsi régulièrement franchie dans les régions espagnoles d'Andalousie, d'Estrémadure, de Castille-La Manche et dans les régions portugaises du Centre et d'Alentejo. Le week-end dernier, les valeurs ont atteint jusqu'à 41,6°C à Don Benito, 41,3°C à Mérida, 40,9°C à Coria ou encore 40°C à Castelo Branco. Cette masse d'air subtropical va s'étendre au cours des prochains jours pour englober une grande partie du bassin méditerranéen, jusqu'au sud de la France.

Plus de 35°C dans les régions du sud

Tout au long de cette semaine, les températures resteront situées au-dessus des normales de saison avec une chaleur parfois marquée dans les régions méridionales. Pas de vague de chaleur ni de canicule toutefois car les valeurs baisseront suffisamment au cours de la nuit et les après-midi seront parfois un peu moins chaudes au gré du développement des orages. Ces derniers se concentreront essentiellement ce mardi sur les reliefs des Pyrénées, des Alpes et du Massif, débordant localement dans les plaines environnantes. Ailleurs, le soleil dominera et permettra au mercure de s'envoler à nouveau, jusqu'à 35°C à Montauban, Toulouse, Agen et Cognac, 34 à Lyon, Limoges et Montélimar ou encore 33°C à Grenoble et Clermont-Ferrand.

Mercredi, le risque orageux s'étendra au Limousin et aux plaines du centre-est, faisant chuter sensiblement le mercure. Toutefois, la chaleur restera d'actualité avec encore 32°C à Dijon, Nîmes et Montauban, 33 à Auch, Bordeaux et Montélimar et 34°C en basse vallée du Rhône. Jeudi, les orages se montreront à nouveau plus discrets avec une accentuation de la chaleur dans l'arrière-pays méditerranéen où des pointes à 36°C seront possibles. Une dégradation plus marquée la nuit suivante mettra fin à cette période de temps très chaud, les 30°C étant seulement atteints dans le sud-est vendredi et le week-end prochain.

Une chaleur plus modérée au nord

Avec un petit vent de nord-est sensible dans les régions du nord et du nord-ouest, la hausse du mercure sera ainsi un peu plus modérée au nord de la Loire. Avec un soleil également très généreux, les maximales ne dépasseront pas ce mardi 22 à 24°C en bord de Manche - soit un mercure tout de même supérieur de 2 à 4°C aux normales de saison dans ces régions - mais aussi 27 à Paris, 30 à Strasbourg et 32°C à Bourges et Nevers. Même programme pour la journée de mercredi avec 23°C à Brest contre 29 à Orléans et Metz et une trentaine de degrés en région nantaise.

Jeudi, sous un ciel variable, les températures se maintiendront 3 à 5°C au-dessus des valeurs dites de saison. Mais un changement de temps se confirme pour la fin de semaine et le week-end avec le retour des perturbations venues des îles britanniques. L'une d'entre elles concernera les côtes de la Manche vendredi tandis qu'une autre traversera les deux tiers nord entre samedi et dimanche, faisant chuter le mercure qui repassera partout en dessous des normales. Ce dégradé nord-sud est finalement assez classique pour la saison et vient aussi confirmer les tendances saisonnières annonçant un été "standard" ou "normal" depuis plusieurs semaines.