Vers une saison cyclonique 2020 très active ?

La saison cyclonique dans l'océan Atlantique Nord débutera dans moins de deux mois. Certaines prévisions indiquent déjà que cette saison pourrait être très active avec une activité cyclonique tropicale supérieure à la moyenne.

À moins de deux mois du début de la saison cyclonique, les prévisions indiquent unanimement une activité plus intense que la normale.
À moins de deux mois du début de la saison cyclonique, les prévisions indiquent unanimement une activité plus intense que la normale.

Si le 1er juin marque officiellemen t le début de l’été dans l’hémisphère Nord, il est également synonyme du début de la saison cyclonique pour la partie septentrionale de l’Atlantique. Elle durera 6 mois et se terminera le 30 novembre 2020. Certains groupes de scientifiques et de météorologues ont étudié les facteurs pouvant influencer l'activité cyclonique cette année et ont rendu leurs premières projections.

Il y a quelques jours, la société américaine AccuWeather a publié ses premières prévisions quant à l’activité de la saison 2020, indiquant qu’elle pourrait être supérieure à la normale. L’institut prévoit ainsi la formation de 14 à 18 tempêtes tropicales. Parmi lesquelles, 7 à 9 pourraient devenir des ouragans et 2 à 4 des ouragans de catégories intenses, correspondant aux catégories 3, 4 ou 5. Pour rappel, l'activité moyenne établie à partir des données climatiques sur la période 1981-2010 est d'environ 12 tempêtes tropicales, 6 ouragans et 3 ouragans « majeurs » (catégories 3 à 5).

Pour établir ces prévisions et ces projections de la prochaine saison, les météorologues font généralement des comparaisons avec les années précédentes qui ont connu des conditions météorologiques similaires. Dans le cas de cette saison 2020, les météorologues d'AccuWeather évaluent les années 1980 et 2005 comme des années possiblement similaires à celle-ci.

Ainsi, en 1980, quelque 11 tempêtes tropicales, 9 ouragans et 2 de catégorie intense avaient été observés soit une saison légèrement supérieure à la moyenne. Cependant, cette année-là, le puissant ouragan Allen de catégorie 5 avait causé de grandes destructions et plus de 200 morts en Haïti et dans l'état américain du Texas. 2005, quant à elle, fut une année où l’activité avait été nettement supérieure à la moyenne avec 28 tempêtes tropicales, 15 ouragans et 7 de catégories intenses ! C'est au cours de cette saison 2005 que la ville de La Nouvelle-Orléans avait vécu un véritable un cauchemar avec l'ouragan Katrina dont le bilan fut de 1800 morts et 125 milliards de dollars de dégâts.

Au début de cette saison 2020, les experts accorderont une attention particulière à la mer des Caraïbes et au golfe du Mexique qui présentent déjà des températures en surface bien au-dessus de la normale. Rappelons que cette température élevée peut être considéré comme un combustible ou un carburant dans l’intensification et le développement de ces phénomènes tropicaux. .

Un autre facteur climatique pourrait contribuer à une augmentation de l'activité cyclonique. Il s’agit du possible phénomène de La Niña au second semestre 2020, comme le prédisent certains modèles climatiques. Pendant ce phénomène naturel provoquant des courants froids plus importants dans l'océan Pacifique tropical, il est généralement observé davantage de cyclones tropicaux de l’autre côté du continent américain et donc dans l'Atlantique Nord. Cela s’explique notamment par des vents d'ouest moins présents sur cette partie du globe, ce qui réduit l’instabilité dans l’atmosphère et contribue ainsi à la formation et au développement de ces tempêtes.

Le 19 décembre 2019, le groupe du « Tropical Storm Risk » réunissant notamment des experts britanniques du climat et des risques, a publié ses premières prévisions pour la saison 2020, prévoyant également une saison légèrement supérieure à la moyenne, avec 15 tempêtes, 7 ouragans et 4 ouragans « intenses.

Rappelons-nous qu’en 2019, nous avons connu une saison supérieure à la normale. Il s’agissait alors de la quatrième saison consécutive avec une activité cyclonique plus active que la moyenne malgré des prévisions indiquant une activité inférieure à la normale avant le début de la saison. La saison 2019 a ainsi causé plus de 11 milliards de dollars de dégâts avec des ouragans dévastateurs comme Dorian, Lorenzo ou Humberto.