Ouragan Lorenzo : le bilan

Le plus fort ouragan jamais observé sur le nord-est de l'Atlantique a traversé les Açores mercredi, avant de poursuivre sa route vers les îles britanniques vendredi.

Clément Meirone Clément Meirone 05 Oct 2019 - 04:00 UTC
tempête
L'archipel des Açores fut le plus impacté par le passage de l'ouragan Lorenzo mercredi dernier.

Lorenzo restera l'ouragan le plus puissant jamais observé sur le nord-est de l'océan Atlantique. Cet ouragan qui s'est formé au large de l'Afrique a en effet pris une trajectoire très inhabituelle, remontant vers le nord-est et donc vers l'Europe. Le 29 septembre, il fut classé catégorie 5, ce qui n'était jamais arrivé autant au nord et à l'est sur l'Atlantique.

Restant fort heureusement assez loin des terres dans un premier temps, il est remonté vers le nord-est tout en faiblissant. Il a touché les Açores mercredi, alors qu'il n'était plus « qu'un » ouragan de catégorie 2.

Des dégâts matériels aux Açores

Mercredi l'ouragan s'est donc abattu sur les Açores, constituant la plus forte tempête depuis 20 ans sur cet archipel portugais constitué de neuf îles. Jusqu'à 163km/h ont été relevés sur l'île de Corvo, 145km/h à Faial et 142km/h à l'aéroport de Flores. Les zones côtières ont particulièrement souffert, avec des vagues de plus de 15 mètres de hauteur.

Si l'état d'urgence a été décrété sur les îles de Flores et Corvo en raison de nombreuses pannes de courant, les dégâts restent relativement contenus, de l'ordre de quelques dommages aux habitations, à des chutes d'arbres et à des inondations, surtout le long des côtes. A cette heure, il n'y a pas de victime à déplorer sur cet archipel.

Les îles britanniques touchées vendredi

Après les Açores, Lorenzo a continué sa route vers le nord-est, tout en perdant ses caractéristiques d’ouragan. Il s'est mué en dépression extra-tropicale, perdant petit à petit en intensité.

Lorenzo a touché l'ouest de l'Irlande dans la nuit de jeudi à vendredi, avec des rafales certes importantes, mais pas non plus exceptionnelles pour la région. 108km/h ont par exemple été relevés à Mace Head à 22h UTC sur la côte ouest, avec des vagues de plus de 10 mètres.

En journée de vendredi, la dépression s'est étendue sur l'Angleterre, avec des vents plus faibles, de l'ordre de 80km/h. Ces derniers ont toutefois causé la mort d'un homme de 58 ans dans le comté de Staffordshire, en raison de la chute d'un arbre.

Fin de course en France la nuit dernière

La dépression a définitivement terminé sa course en début de nuit dernière sur les côtes de la Manche, avec quelques rafales autour de 70km/h entre la Normandie et la côte d'Opale, et une mer toujours agitée.

Publicité