tameteo.com

Tempêtes de sable : chaos au Moyen-Orient, 10 victimes au moins !

Huit tempêtes de poussière ont frappé l'Irak depuis la mi-avril. Récemment, les aéroports et les administrations publiques ont été fermés, et les écoles et les universités ont suspendu les cours. En outre, les cas de personnes souffrant de problèmes respiratoires sont en augmentation.

Les Irakiens se sont réveillés lundi dans un ciel ocre causé par une nouvelle tempête de sable qui a forcé la fermeture des aéroports et des administrations publiques. Les cours ont également été suspendus dans les écoles et les universités, et les examens reportés à mardi, selon le ministère de l'Éducation.

La tempête a recouvert les toits des maisons et des voitures d'une fine couche de sable, réduisant considérablement la visibilité. En raison d'une "visibilité de 300 mètres", les autorités aéroportuaires de Bagdad ont annoncé "la fermeture de l'espace aérien et l'interruption du trafic à l'aéroport" pour toute la journée, selon l'agence de presse officielle INA.

"Nous avons eu 75 cas de personnes souffrant de problèmes respiratoires", a déclaré Ihsan Mawlood, médecin des accidents et des urgences dans un hôpital de Bagdad. "Nous traitons les patients avec des machines à oxygène si nécessaire." Le service météorologique national prévoit que la tempête se dissipera progressivement à partir de la nuit prochaine.

Les tempêtes de sable et de poussière sont de plus en plus fréquentes au Moyen-Orient.

Il s'agit de la huitième tempête de poussière à frapper l'Irak depuis la mi-avril. La dernière, au début du mois, a causé la mort d'une personne et 5 000 autres ont dû être hospitalisées pour des problèmes respiratoires. Dans le sillage de la tempête actuelle, les médias locaux font déjà état d'au moins 10 victimes en Syrie et en Irak liées au phénomène, bien que les rapports soient contradictoires.

L'Irak pourrait connaître 272 jours de poussière par an au cours des deux prochaines décennies.

Le Moyen-Orient a toujours été en proie à des tempêtes de poussière et de sable, mais elles sont devenues plus fréquentes et plus intenses ces dernières années. En avril, un responsable du ministère de l'environnement a prévenu que l'Irak pourrait être confronté à "272 jours de poussière" par an au cours des deux prochaines décennies.