Sécheresse : aucune amélioration en vue

Du fait de conditions anticycloniques persistantes, les pluies s'annoncent rares ces prochains jours, et la sécheresse continue de s'aggraver sur une grande partie du pays.

Clément Meirone Clément Meirone 14 Sept 2019 - 04:00 UTC
pont du gard © clément meirone
Les régions méditerranéennes soufflent un peu après le passage de pluies conséquentes mardi dernier.

Excepté au bord de la Méditerranée et près de la façade atlantique, les précipitations sont restées rares cette semaine, et devraient l'être d'autant plus la semaine prochaine. Des conditions anticycloniques persistantes qui aggravent la sécheresse qui sévit sur une très grande partie du territoire. En effet, à ce jour, 87 départements métropolitains connaissent des restrictions des usages de l'eau. Une situation qui ne devrait pas s'améliorer d'ici l'arrivée officielle de l'automne, au moins.

Un répit au sud-est

La pluie a enfin retrouvé le chemin de la Méditerranée cette semaine. En effet, mardi, un épisode pluvieux a apporté des cumuls de précipitations notables dans le sud-est du pays, avec 23 mm d'eau à Marseille, 40 mm à Cannes, 42 mm à Perpignan et jusqu'à 124 mm sur l'île du Levant dans le Var.

Ces précipitations ont globalement été bénéfiques pour la nature, même si elles n'endiguent pas totalement des mois de sécheresse dans cette région. Une bonne nouvelle : le risque de feux de forêts devrait probablement diminuer désormais.

Auxerre
La situation est parfois critique dans le centre de la France, avec une sécheresse d'une période de retour de 10 ans.

Pas de pluie à Paris depuis un mois !

Ailleurs en France, la situation est au contraire à l'aggravation sur le front de la sécheresse. A la station de Paris-Montsouris, il n'a pas plu depuis le 18 août dernier. Quelques averses sont bien tombées début septembre sur le nord-est et le centre du pays, mais la plupart du temps les cumuls de précipitations sont restés bien maigres, comme à Troyes ou à Vichy où il n'est tombé que 4 mm depuis le 18 août.

En conséquence, le niveau des nappes phréatiques continue à chuter du massif Central aux frontières allemandes, et est désormais très déficitaire par rapport à la normale de référence.

La situation des eaux de surface n'est pas réellement plus heureuse, avec de nombreux arrêts de circulation sur les canaux du centre-est du pays, comme sur le Canal de Bourgogne, le Canal du Nivernais et le Canal de Briare.

Une sécheresse d'une période de retour de 10 ans

Sur les 87 départements où au moins un arrêté de restriction des usages de l'eau a été signé par les autorités compétentes, une trentaine sont en situation de crise. L'état de « crise » impose l'arrêt de tous les prélèvements non prioritaires, y compris à des fins agricoles.

Il s'agit majoritairement des départements s'étendant des Pays de la Loire à l'ouest de l'Occitanie, et en allant jusqu'à la Bourgogne. Dans ces régions, la sécheresse actuelle est parfois d'une période de retour supérieure à 10 ans.

Les conditions chaudes et anticycloniques qui s'imposent en ce milieu du mois de septembre ne sont pas de nature à arranger la situation, et désormais, seul un ballet dense de perturbations automnales et/ou hivernales peut désormais endiguer cette sécheresse exceptionnelle.

Publicité