83 départements touchés par la sécheresse : l'inquiétude grandit !

6 départements sont en vigilance. La sécheresse s'accentue de plus en plus en France. On fait le point sur cet été 2020 très sec et aucune amélioration prévue d'ici les prochaines semaines...

Sècheresse en Auvergne-Rhône-Alpes
La sécheresse s'accentue en France : 77 départements sont en alerte, 6 en vigilance.

Les orages après les canicules n'ont pas suffi à réduire la sécheresse en France. Selon le site officiel Propluvia, encore 77 départements sont concernés par au moins un arrêté préfectoral, plus ou moins sévère en fonction des départements, pour limiter l'usage de l'eau et 6 départements en vigilance. Au total, ce sont 83 départements qui sont concernés par la sécheresse. Le mois de juillet 2020 n'avait pas été aussi sec depuis 1959, avec un cumul moyen de seulement 16,38 mm à l'échelle nationale contre 60,8 mm en temps normal. Quels types de sécheresse concernent ces départements et quelles sont les régions les plus touchées ? Pourquoi fait-il si sec en France et quand cela va-t-il prendre fin ? Quelques éléments de réponse.

Sécheresse météorologique, agricole ou hydrologique en France ? :

Il existe 3 types de sécheresse. La première est la sécheresse météorologique : lorsque le taux de précipitation passe sensiblement en dessous de la moyenne sur une longue période, allant de plusieurs semaines à plusieurs mois. C'est le cas de juillet 2020 où il n'a quasiment pas plu : 0 mm à Ajaccio, 1,2 mm à Brive et 8,5 mm à Paris. La deuxième est la sécheresse agricole, mesurée à 2 m de profondeur. Elle n'est pas nécessairement liée à la sécheresse météorologique et intervient lorsque les sols agricoles sont trop secs pour les cultures, touchant les agriculteurs. Enfin la sécheresse hydrologique : les nappes phréatiques sont à des taux anormalement bas et les lacs et les rivières sont asséchés. Elle est liée à la météo lorsque les hivers sont secs et ne permettent pas de recharger les nappes phréatiques.

La France est touchée par la sécheresse météorologique, juillet 2020 a battu tous les records de faible pluviométrie avec un déficit pluviométrique de plus de 70%, l'ancien record était de 59,5% en juillet 1964. La sécheresse des sols, ou agricole, touche principalement le centre et le nord-est de la France. L'indice d'humidité des sols était anormalement bas en juillet dernier. On atteint même des niveaux records dans les Hauts-de-France et la région Grand-Est. L'accumulation de déficit pluviométrique et le fort taux d'ensoleillement au printemps dernier en est à l'origine. La sécheresse hydrologique de cet été 2020 touche principalement les régions du centre et de l'est - taux modérément bas ou bas - car l'hiver 2019-2020 a permis au deux tiers du pays de recharger ses nappes phréatiques.

Une situation qui s'aggrave :

Après un mois de juillet record, les statistiques du mois d'août s'annoncent aussi alarmants à cause des épisodes de canicule et de vague de chaleur intenses, durables et successifs sur le pays. La chaleur assèche les sols et donc accentue la sécheresse. C'est surtout du centre-ouest au nord-est que la situation est la plus critique. Les départements bordant la Manche sont les moins touchés par la sécheresse grâce aux différentes perturbations apportant des pluies importantes ainsi que les départements en montagne grâce aux nombreux orages qui ont arrosé les sols : 75 mm de pluie relevées en Savoie et dans les Pyrénées-Orientales en juillet dernier. Le Grand-Est, les Hauts-de-France et la Bourgogne-Franche-Comté sont touchés par cette sécheresse qui date du printemps dernier et qui persiste encore cet été.

La sécheresse devient récurrente et revient chaque année depuis 2015, avant cela, la sécheresse en France était qualifiée de ponctuelle, d'exceptionnelle. La sécheresse est accentuée par la chaleur et le vent qui participent à l'évaporation de l'eau. L'amélioration n'est pas prévue pour le mois de septembre qui devrait rester chaud et sec. Pour l'instant, les modèles météo montrent qu'il faudra patienter jusqu'aux mois d'octobre/novembre - début de la saison dite de "recharge" des nappes phréatiques - pour retrouver un temps plus humide. Mais rien ne prouve que ces pluies seront suffisantes pour enrayer la sécheresse accumulée depuis plusieurs mois...