Sahara : impressionnantes rafales descendantes dans le désert

De violents orages accompagnés de fortes rafales de vent et de pluies intenses ont touché ces derniers jours de vastes zones du Sahara algérien. Voici les vidéos de ces phénomènes particulièrement remarquables.

Ce début d'été réserve décidément bien des surprises dans de nombreuses régions du Maghreb, en particulier dans le nord de l'Algérie qui connaît une période plus fraîche et plus humide que la normale. Ces derniers jours, l'arrivée d'air humide lié à une goutte froide présente sur l'Atlantique, a favorisé le développement de cellules orageuses entre l'Atlas algérien et le Sahara.

Un de ces violents orages a frappé le jeudi 11 juin le secteur d'Owald Jalal, situé à l'ouest de la ville algérienne de Biskra, au milieu du Sahara algérien. Ces intenses intempéries se sont accompagnées de violentes rafales de vent, probablement aux alentours de 100 km/h, liées au phénomène de rafales descendantes appelé "downburst" en anglais. Les vents étaient si violents qu'ils ont arrachés des palmiers de l'oasis située près du village.

Ces "rafales descendantes" sont des courants d'air froid descendants très forts qui se produisent dans un système orageux, généralement dans un orage supercellulaire, qui a atteint le stade de maturation. Elles s'accompagnent également de fortes averses de pluie et de grêle produites par le même nuage d'orage, le cumulonimbus. Ce type de rafales, et encore plus de cette intensité-là, est un phénomène extrêmement rare dans cette zone du Sahara. Les précipitations sont d'ailleurs particulièrement faibles durant les mois d'été, les pluies affectant essentiellement les régions plus méridionales, avec la remontée de la mousson africaine.

Ce phénomène, qui touche également les pays plus tempérés comme la France, est parfois confondu avec les tornades (voir tweet ci-dessus). Si les rafales descendantes proviennent directement du nuage d'orage, le phénomène de tornade se crée, quant à lui, à partir d'une colonne d'air en rotation avec de l'air ascendant, prenant donc la direction du cumulonimbus.