Retour des pollens : attention aux allergies !

Votre gorge picote, vous avez le nez encombré...? Attention à ne pas confondre ces symptômes d'allergies aux pollens avec ceux du Covid-19. Grâce à l'arrivée du printemps et aux belles températures du week-end dernier, les pollens ont fait leur retour précocement cette année.

Sceaux
Risques très élevés d'allergies respiratoires au pollen de bouleau sur le bassin parisien.

On estime qu'un français sur dix souffre d'allergies respiratoires aux pollens. La saison de la pollinisation s'étend du mois de février au mois de septembre. Elle débute dès l'apparition du printemps et des premiers jours de beau temps et de douceur. Ce week-end, les conditions météo, avec un temps sec, lumineux et des températures printanières, ont favorisé une pollinisation précoce. A quoi doit-on s'attendre ces prochains jours et quel est le lien entre le pollen et la météo ?

Attention aux risques élevés d'allergies sur le bassin parisien

Dans son rapport hebdomadaire, le RNSA (Réseau National de Surveillance Aérobiologique) explique qu'il y a un risque très élevé d'allergies sur dix départements du bassin parisien en raison de conditions météorologiques favorisant la pollinisation. Tous les départements d'Ile-de-France ainsi que les départements de l'Eure-et-Loir et de l'Oise sont concernés par un risque très élevé d'allergies, principalement au pollen de bouleau. Le risque reste élevé pour les départements au nord de l'axe Bordeaux/Grenoble et moyen pour le reste du pays.

Dans l'air, on retrouve aussi les pollens de frêne, de chêne, de saule ou encore de peupliers. Le risque associé à ces pollens sera beaucoup plus faible que pour le pollen de bouleau. La moitié sud du pays sera concernée par du pollen de platane et de cyprès dont le risque reste moyen. Malheureusement, pour les personnes souffrant d'allergies aux pollens, les conditions météo printanières voire estivales vont persister sur une majeure partie du pays cette semaine, contribuant aux fortes concentration de pollens dans l'air.

Une semaine printanière favorable à la pollinisation

Le temps et le climat ont une influence directe sur la pollinisation. Cette année, la saison du pollen a commencé en avance car l'hiver a été doux. Les conditions météo peuvent aussi favoriser, ou pas, la libération ainsi que la propagation des pollens. Il faut prendre en compte plusieurs paramètres dont le vent. S'il est fort, il favorisera la dispersion du pollen sur de longues distances. L'amplitude thermique détermine la quantité de pollen dans l'air. Plus l'amplitude sera élevée au cours de la journée, plus il y aura de pollen dans l'air alors que la pluie piège le pollen au sol et l'empêche de se disperser.

Absence de vent, forte amplitude thermique, fort taux d'ensoleillement... Entre ce week-end et cette semaine, les conditions météo vont peu changer. Après le passage d'une faible perturbation pluvieuse par l'ouest ce lundi, on retrouvera de belles conditions printanières voire estivales cette semaine sur quasiment toute la France avec du soleil et de la douceur. Localement, dans le sud-ouest, on dépassera les 25°C. Toutes les conditions seront donc réunies pour la dispersion des pollens. Pour les allergiques, il faudra rester confiné et aérer les habitations avant ou après le coucher du soleil.