COVID-19 : une fin de piste pour les stations de ski !

En début de semaine la neige était au rendez-vous sur les massifs et même en plaine, comme à Bordeaux où l’on n’avait pas eu de neige depuis le 1ermai 1945 à cette période de l’année ! Mais confinement oblige, les stations de ski restent fermées.

Stations de ski
Covid-19 : les stations de ski ont déjà réalisé 80% de leur chiffre d’affaires de l’hiver.

En France, si le Grand-Est et l’Île-de-France ont été premiers à être frappés de plein fouet par l’épidémie du COVID-19, les autres régions sont à ce jour elles aussi touchées. Le confinement affecte ainsi l’ensemble du pays et des activités, y compris celles relatives aux domaines skiables : toutes les stations de ski ont fermé le 14 mars.

En ce premier week-end des vacances de Pâques, les vacanciers n’iront donc pas skier, mais ne pourront pas non plus se rendre en montagne pour profiter de l’air pur. Les départs en vacances ne sont en effet pas autorisés afin de respecter les mesures de sécurité liées au confinement, sous peine de sanctions, comme l’a souligné Édouard Philippe dans son discours jeudi 2 avril.

Fermeture des pistes de ski : un coût économique relativement important

D’ordinaire, la saison des domaines skiables s’achève le 8 mai. Mais la crise sanitaire les a contraints à fermer le 14 mars, soit un arrêt prématuré de 7 semaines. Bien que l’impact économique soit considérable, il sera sans doute moins préjudiciable comparativement à d’autres secteurs. En effet, « économiquement, nous ne sommes pas les plus touchés » selon Alexandre Maulin, le président de Domaines Skiable de France, syndicat des exploitants des remontées mécaniques et des domaines skiables, les stations de ski ayant déjà réalisé 80% de leur chiffre d’affaires de l’hiver.

Au sujet des remboursements des forfaits de ski achetés non utilisés, malgré l’absence de consigne émanant du syndicat Domaines Skiable de France, le remboursement automatique semble être de rigueur dans la plupart des stations. Elles remboursent en effet les forfaits de ski dans leur intégralité ou au prorata de leur utilisation. Concernant les autres prestations : les locations de matériels, les cours de glisse ou encore les hébergements, il convient de s’informer auprès des prestataires concernés.

Stations de ski « tout schuss » pour trouver des solutions !

En France, 17 000 personnes travaillent chaque année sur les pistes de ski, dont 80% sont des saisonniers. Le syndicat Domaines Skiables de France est actuellement en discussion pour que les saisonniers bénéficient du chômage partiel. Une autre piste est également sur la table : la mise en place d’une bourse d’échanges d’emplois sur internet. Celle-ci permettrait de diffuser certains postes des entreprises indispensables et actuellement vacants du fait du confinement.

Covid-19
Les activités relatives à la montagne mobilisent 120 000 saisonniers par an.

Les stations anticipent d’ores et déjà la prochaine saison et encouragent les Français à venir. Une démarche d’autant plus bienvenue si l’on considère que les pays étrangers resteront possiblement recroquevillés sur eux-mêmes un certains temps même après l’épidémie.

Les stations investissent donc les réseaux sociaux pour rester en contact avec les fidèles de la montagne en proposant des contenus attractifs sur leur site internet. Une foultitude de posts sont ainsi publiés : belles images de montagne, jeux, quiz, webcams en direct des sommets, recettes de cuisine savoyarde… De quoi compenser avec ses papilles !