Réchauffement climatique : la haute atmosphère se refroidit !

Des chercheurs de la Nasa viennent de confirmer, grâce aux données enregistrées par trois satellites, que la mésosphère serait en train de se contracter et donc se refroidir sous l'effet du réchauffement climatique.

C’est désormais une réalité. Les émissions de gaz à effet de serre ont un impact sur les températures de la troposphère, la couche de l'atmosphère la plus proche du sol. Pour preuve : les nombreux épisodes de chaleur qui touchent désormais de nombreux endroits de la planète, dont plus récemment le Canada, et même l'Espagne et le Portugal ces prochains jours. Mais ceux-ci auraient aussi un impact sur la mésophère : la couche de notre atmosphère qui se situe entre environ 50 et 80 kilomètres d'altitude, au-dessus de la Troposphère.

A lire aussi : Météo : la canicule en Espagne va-t-elle remonter jusqu'en France ?

Et aussi surprenant que cela puisse paraître, celle-ci serait en train de se refroidir et ainsi de se contracter. Une hypothèse qui avait été émise par les chercheurs ces dernières années et qui semble donc se confirmer. En utilisant les données de trois satellites de la NASA, recueillies sur une période de 30 ans d’observation, les scientifiques ont découvert que la mésosphère se refroidissait jusqu’à 2,7 degrés Celsius par décennie.

Pourquoi ce refroidissement ?

Selon les scientifiques, les gaz à effet de serre piègent la plus grande partie de la chaleur dans la troposphère, la couche la plus basse de l’atmosphère, ce qui provoque le réchauffement de la surface de la Terre conduisant vers un réchauffement climatique.

Près de la surface, l'atmosphère est plus épaisse. Mais au dessus, la mésosphère est plus mince et réagit donc différemment à l’augmentation des gaz à effet de serre. “Le dioxyde de carbone retient la chaleur tout comme une couette retient la chaleur de votre corps et vous garde au chaud.Dans la basse atmosphère, il y a beaucoup de molécules à proximité, et elles piègent et transfèrent facilement la chaleur de la Terre entre elles, maintenant cette chaleur près du sol. Cela signifie que peu de chaleur parvient à la mésosphère plus haute et plus mince” explique James Russell, co-auteur de l'étude et scientifique de l'atmosphère à l'Université Hampton en Virginie.

Là-haut, les molécules sont rares et toute chaleur capturée par le dioxyde de carbone s'échappe dans l'espace si elle ne trouve aucune autre molécule pour l'absorber. En conséquence, plus de chaleur est perdue dans l'espace et la haute atmosphère se refroidit. Lorsque l'air se refroidit, il se contracte, de la même manière qu'un ballon rétrécit si vous le mettez au congélateur.

Quelles conséquences au sol ?

Ce refroidissement n’aurait pas de conséquence directe sur notre vie mais pourrait tout même engendrer quelques effets indésirables. Il est aussi constaté que plus la mésosphère se contracte, plus le reste de la haute atmosphère le fait également. Et la traînée des satellites, celle qui aide notamment à éliminer les débris spatiaux, pourrait diminuer.

Autre conséquence d'une mésosphère qui se refroidit : elle concentre plus de vapeur d'eau. Ainsi, des nuages noctulescents plus brillants, se forment à des latitudes plus faibles et plus tôt dans l'année.

Autre conséquence d'une mésosphère qui se refroidit : elle concentre plus de vapeur d'eau. Ainsi, des nuages noctulescents plus brillants, se forment à des latitudes plus faibles et plus tôt dans l'année. Aussi, dans une autre découverte récente, des scientifiques de l’environnement ont découvert que la stratosphère, la couche de l’atmosphère sous la mésosphère, rétrécissait de plus de 300 pieds par décennie et pourrait, à long terme, perturber les communications radio et les systèmes de positionnement global.