Météo : vers des records de douceur en cette fin de semaine ?

Les températures s'annoncent exceptionnellement douces dans les prochains jours sur la France, largement au-dessus des normales saisonnières. Faut-il s'attendre à des records de douceur ? Ces températures élevées vont-elles durer ?

douceur
Une douceur printanière est attendue sur toute la France ce week-end.

De l'hiver au printemps en un temps record ! Une semaine après la vague de froid qui a touché le nord du pays avec des températures minimales qui se sont abaissées jusqu'à -20°C dans le nord-est, la douceur s'impose depuis quelques jours sur la France.

A tel point que les températures s'annoncent printanières ce week-end et en début de semaine prochaine. La barre des 20°C (dans le positif cette fois !) sera atteinte ou dépassée en de nombreux endroits.

Faut-il alors s'attendre à des records absolus de chaleur pour un mois de février ? Quels sont ces records dans les principales villes de France ? Cette vague de douceur inhabituelle va-t-elle se poursuivre dans le temps ? Éléments de réponse...

Pic de douceur samedi & dimanche

Les températures étaient déjà élevées jeudi et vendredi puisqu'on a relevé par exemple 18°C à Bourges, 19°C à Nevers et Mont-de-Marsan, 21°C à Tarbes et 22°C à Pau. Ces températures vont encore monter d'un cran samedi et dimanche.

Dans le sud-ouest, la journée la plus douce pourrait bien être ce samedi, avec jusqu'à 24°C dans les Landes et les Pyrénées-Atlantiques. Dans le même temps, les températures maximales seront comprises entre 15 et 20°C sur une grande partie du pays ce samedi après-midi, avec probablement jusqu'à 16°C à Lille et Strasbourg, 17°C à Rennes et Paris, 18°C à Clermont-Ferrand et Poitiers, 19°C à Bourges et 20°C à Bordeaux.

Dimanche, on frôlera toujours les 20°C sur les régions centrales, avec par exemple 19°C à Vichy. Il devrait faire encore 17°C à Paris et Lyon, alors que le mercure aura probablement reculé d'un ou deux degrés dans le sud-ouest.

Peu de records en vue

Ces températures se situent bien au-dessus des normales saisonnières. La normale 1980-2010 à Strasbourg pour un mois de février est de 6.4°C, bien loin des 16°C attendus ce samedi. En revanche, avec un record 21.1°C en février 1990, on devrait pas battre des niveaux jamais atteints dans la capitale alsacienne.

Ce même cas de figure devrait se produire dans de nombreux endroits : à Paris, le record est de 21.4°C, on restera a priori en-dessous ; le record de 22.8°C à Bourges ne devrait pas non plus être battu ; même chose à Dax où les 27.2°C de 1990 ne semblent pas menacés.

Les vagues de douceur en février ne sont en effet pas si rares, avec des températures très élevées fin février en 1960, en 1990, ou plus récemment en 2019. Le problème de ces chaleurs précoces est qu'elles mettent en éveil la végétation, qui est ensuite vulnérable à d'éventuels coups de froid en mars/avril/mai.

Vers une poursuite de la douceur ?

Après une petite baisse lundi en raison du passage d'une perturbation, le milieu de semaine suivante s'annonce encore printanier, avec des températures au moins aussi élevées que durant le week-end.

Certaines modélisations envisagent encore des pointes à 20°C entre mercredi et jeudi sur les régions centrales et le sud-ouest. Une douceur qui pourrait prendre fin pour le dernier week-end de février, où une baisse des températures semble se dessiner. Simple retour à des valeurs de saison ou coup de froid plus durable... ?