tameteo.com

Méditerranée : un risque de tsunami proche de 100% d'ici à 30 ans !

Le risque qu'un tsunami frappe les côtes méditerranéennes dans les trente prochaines années est proche de 100%, y compris en France, selon un communiqué de l'Unesco publié le 22 juin. Une prévention accrue devient donc nécessaire.

Tsunami
Le tsunami qui pourrait frapper la Méditerranée devrait être moins puissant que ceux observés dans l'océan Pacifique. Sa hauteur maximale est estimée à 3 mètres.

C'est on ne peut plus clair : le risque qu'un tsunami de plus d'un mètre frappe les côtes méditerranéennes dans les 30 prochaines années est proche de 100%. L'alerte a été lancée dans un communiqué de l'Unesco publié le 22 juin dernier. Marseille, Alexandrie et Istanbul sont particulièrement menacées.

Les éléments déclencheurs probables

Evidemment, l'arrivée d'une vague d'ampleur sur les côtes méditerranéennes serait liée à un élément déclencheur. La première cause d'un tsunami est le tremblement de terre : lorsque ce séisme est sous-marin, suffisamment puissant, peu profond et qu'il provoque une rupture de faille, alors un tsunami peut se créer.

Une éruption volcanique explosive peut également déplacer de grandes masses d'eau et provoquer un tsunami, comme ce fut le cas lors de la terrible éruption du Krakatoa en Indonésie en 1883. Même chose pour un glissement de terrain ou un effondrement sous-marin.

Les zones menacées

L'Unesco établit un principe simple : là où il y a déjà eu un tsunami, il y aura à nouveau un tsunami. La Méditerranée est vaste, et le risque concerne aussi bien les îles grecques, que certaines villes d'Égypte comme Alexandrie, ou encore toute la côte méditerranéenne française.

Tout dépendra évidemment de l'endroit où surviendra le séisme, mais de la Corse aux Pyrénées-Orientales, en passant par les Bouches-du-Rhône ou les Alpes-Maritimes, la vigilance se doit d'être la même partout.

Toutefois, certaines villes comme Perpignan, Nice ou Cannes disposent d'une situation géographique particulière : avec un aplomb à pic ou un fond marin en pente, elles semblent un peu moins exposées aux tsunamis les plus importants.

La Méditerranée concentre 10% des tsunamis

Les exemples de tsunamis sont légion en Méditerranée : ils représentent 10% des tsunamis dans le monde. Le plus récent date du 30 octobre 2020 : après un séisme au large de la Turquie, une petite vague avait inondé la côte de l'île grecque de Samos.

En France, 80 tsunamis ont été recensés depuis 1564. L'un des plus marquants fut celui du 23 février 1887, où des vagues de 3 mètres avaient déferlé sur la côte d'Azur après un séisme en Ligurie, en Italie.

Des systèmes d'alerte

Même avec une vague de 50 centimètres de haut, les dégâts pourraient s'avérer importants, soulevant des voitures et mettant en danger les zones densément peuplées proches des plages et des ports.

L'une des principales inquiétudes vient du volcan Stromboli, au nord de la Sicile, qui en cas d'éruption pourrait déclencher un tsunami sur le sud de l'Italie et même bien au-delà. Une telle vague mettrait quelques dizaines de minutes à se propager, d'où l'intérêt de mettre en place des systèmes d'alerte.

Ainsi, certaines villes comme Cannes et Antibes ont déjà commencé à préparer leur population à évacuer via des exercices de sensibilisation, notamment à travers la mise en place de bornes d'information.