Alaska : des scientifiques alertent sur une menace de tsunami

La fonte d'un iceberg augmente le risque d'un glissement de terrain catastrophique en Alaska d'ici quelques décennies. Par conséquent, un tsunami pourrait se former selon les chercheurs.

Un glissement de terrain catastrophique dans le fjord risque de provoquer un tsunami.

L'augmentation de la température provoque la fonte d'un iceberg qui aide à maintenir une pente raide d'environ 1,5 km de long sur le flanc du fjord de Barry Arm, dans le détroit de Prince William, à environ 100 km à l'est d'Anchorage (Alaska). En ce moment, avec seulement un tiers de la pente soutenue par la glace, les scientifiques alertent sur le risque de glissement de terrain. Il pourrait être provoqué par un tremblement de terre, des précipitations intenses prolongées ou même par une vague de chaleur, accélérant ainsi la fonte de la neige en surface.

Les chercheurs soulignent qu’un effondrement soudain pourrait se produire au cours des deux prochaines décennies. "Cela peut arriver à tout moment, car le risque augmente à mesure que l'iceberg diminue", a déclaré Anna Liljedahl, hydrologue au Centre de Recherche Woods Hole, dans le Massachusetts.

Le Département des ressources naturelles de l'Alaska a également publié une déclaration avertissant la population "d'un glissement de terrain de plus en plus probable, qui pourrait générer une vague aux effets dévastateurs".

Les modèles de prévision montrent qu'un effondrement de toute la pente - estimé à environ 500 millions de mètres cubes de roche - pourrait provoquer un tsunami de plusieurs centaines de mètres de haut.

Le fjord de Barry Arm et d'autres eaux voisines sont souvent visités par des bateaux de tourisme et de pêche. Avec le beau temps, des centaines de personnes pourraient se situer dans la région et être ainsi touchées par cette immense vague.

D'autres cas de tsunamis

Les glissements de terrain qui provoquent les tsunamis sont rares même si cela s’est déjà produit par le passé en Alaska et ailleurs. Le plus célèbre s'est produit le 9 juillet 1958, dans la baie de Lituya, sur la côte sud-est de l'Alaska, lorsqu'un tremblement de terre a provoqué un glissement de 36575 km3 de roches sur environ 600 mètres dans la baie. Le nettoyage de la végétation, sur une pente opposée au glissement de terrain, a montré que le tsunami a atteint une hauteur maximale de 524 mètres, ce qui en fait le plus grand tsunami documenté. Le bilan de cette catastrophe aurait pu être beaucoup plus dramatique, avec deux victimes et des centaines de bateaux endommagés.

Plus récemment, un glissement de terrain en 2015 dans le fjord de Taan dans une région isolée, à l'ouest de Yakutat, en Alaska, a déclenché un tsunami de plus de 200 mètres de haut. Au Groenland, un glissement de terrain sur la côte ouest en 2017 a également engendré une vague de plus de 90 mètres de haut qui a détruit une grande partie d'un village de pêcheurs, faisant quatre victimes.