Ralentissement du Gulf Stream : quelles conséquences pour l'Europe ?

Une étude récente a certifié que l'AMOC, dont le Gulf Stream fait partie, s'affaiblit comme cela ne s'est jamais produit au cours des 1000 dernières années. Si cette tendance se poursuit tout au long de ce siècle, un tournant pourrait être atteint, ce qui aurait des implications sur le climat.

Courant du Gulf
Image infrarouge en fausses couleurs où la trajectoire sinueuse du Gulf Stream est clairement visible, bordant la côte sud-est des États-Unis et entrant dans l'Atlantique Nord. © NASA

Le Gulf Stream est un courant océanique superficiel et non atmosphérique. En raison du grand volume d'eau qu'il transporte, dans la région de la Terre où il se trouve et de sa connexion avec les courants profonds, il joue un rôle important dans le climat, exerçant une influence notable sur la façade atlantique de l'Europe. On dit souvent que si ce courant n'existait pas, le climat de Lisbonne serait comparable à celui de New York.

Cartographié pour la première fois par Benjamin Franklin (1706-1790), le Gulf Stream transporte l'eau chaude de la pointe sud de la péninsule de Floride et des Bahamas jusqu'à la périphérie de l'Islande et - à travers différentes branches - les côtes atlantiques du continent européen, de la Norvège au Portugal. Son débit, avant d'être divisé en différentes branches, atteint 80 m3/s, avec des pics supérieurs à 100 m3/s, avec une vitesse moyenne de l'eau comprise entre 6 et 7 km/h. Au cours des dernières décennies, il ralentit, ce qui en a fait une cible pour les climatologues.

Schéma AMOC
Schéma de l'AMOC (North Atlantic Return Circulation), dont le Gulf Stream fait partie, étant son moteur principal. Source: http://www.scienceforthepublic.org/

Du changement dans l'Atlantique Nord

Une étude récente, publiée dans la revue Science Advances, a pu certifier que la décélération observée dans l'AMOC depuis le milieu du XXe siècle - quantifiée à 15% - est sans précédent depuis 1000 ans. Cette décélération s'explique par la perte accélérée de glace qui se produit au Groenland et dans d'autres régions de l'Arctique et les importants apports d'eau douce que cela implique, qui altèrent les courants océaniques dans l'Atlantique Nord.

D'ici la fin du siècle, l'affaiblissement du Gulf Stream pourrait devenir de 35 à 40% supérieur à celui actuellement observé.

L'AMOC (the Atlantic meridional overturning circulation) signifie en français circulation de renversement méridien atlantique. C'est un réseau de courants marins superficiels et profonds, dont le Gulf Stream est le principal, en raison du volume d'eau qu'il déplace. Les chercheurs responsables de l'étude ont réussi à repousser l'échelle de temps en arrière en utilisant des données de substitution pour les températures de l'eau de mer, les propriétés des masses d'eau profonde et l'analyse des sédiments. Sa principale conclusion est que si la tendance se poursuit, d'ici la fin du siècle, l'affaiblissement de l'AMOC et, par conséquent, du Gulf Stream pourrait devenir de 35 à 40% supérieur à celui observé aujourd'hui.

Carte mondiale des anomalies de température 2020
Carte globale des anomalies de température en 2020, en prenant comme référence la période normale 1951-1980. © NASA

Il n'est pas nécessaire d'être très intelligent pour déterminer où se trouve l'origine de l'altération des courants de l'Atlantique Nord. Nous avons l'habitude de voir fréquemment des cartes globales des anomalies de température dans les médias, comme celle qui accompagne ces lignes. On y vérifie comment année après année et mois après mois, pendant longtemps (trop), les anomalies positives (couleurs rouge, orange et jaune) prédominent clairement sur les négatives (couleurs bleues). C'est une manière graphique, très directe, de voir comment fonctionne le réchauffement climatique. Sur toutes ces cartes, la «goutte froide» bleue qui apparaît au sud du Groenland et de l'Islande est frappante, indiquant des anomalies de température négatives.

Ce fait unique s'explique par le déplacement important de l'eau douce et froide de la fonte du Groenland, mis à part les autres apports d'eau douce qui atteignent également cette zone, en provenance de la mer du Labrador. Le réchauffement climatique, dont l'ampleur dans l'Arctique est considérablement plus grande que dans les autres régions terrestres, y accumule de grandes quantités d'eau douce, en particulier dans la mer de Beaufort, qui est la zone où s'accumule la plus grande quantité. Une autre étude récente indique qu'au cours des deux dernières décennies, la masse d'eau douce y a augmenté de 40%, et souligne également qu'il peut y avoir un déplacement important de celle-ci vers la mer du Labrador.

Allons-nous vers une mini glaciation?

Ces études amènent sur la table une hypothèse sur laquelle les climatologues travaillent depuis longtemps. Si le Gulf Stream continue de s'affaiblir, il pourrait atteindre un point de non-retour, ce qui pourrait conduire à un changement climatique brutal, contrairement au réchauffement climatique (qui, comme nous l'avons dit, est ce qui nous conduit à ce scénario hypothétique).

Prenant la situation à l'extrême, le Gulf Stream susmentionné pourrait être arrêté et, étant l'un des principaux moteurs du tapis roulant global des océans (circulation thermohaline), il serait altéré. Au niveau de la surface, il n'y aurait plus de transport de chaleur de la zone côtière orientale des États-Unis vers l'Europe, et le climat du Vieux Continent deviendrait plus froid et plus extrême, connaissant peut-être une mini-glaciation.

The day after tomorrow
Affiche promotionnelle du film "The Day After Tomorrow" (2004) réalisé par Roland Emmerich, qui recrée les conséquences catastrophiques d'un brusque changement climatique sur Terre, conséquence de la fonte des glaces et de l'altération des courants océaniques due au réchauffement climatique .

C'est ce grand paradoxe climatique que propose le film «Le jour après demain» («The day after tomorrow» était son titre original en anglais), de manière quelque peu exagérée et catastrophique, réalisé en 2004 par Roland Emmerich. Les références dans la presse au long métrage n'ont pas manqué, en lien avec l'étude de l'affaiblissement de l'AMOC, mais pour le moment on est très loin de se diriger vers un décor comme celui du film. Toutes les projections climatiques suggèrent que le réchauffement climatique augmentera pendant le reste du siècle. Cependant, il est nécessaire de continuer à suivre l'évolution des courants de l'Atlantique Nord, face à une éventuelle surprise climatique, qui, si elle se produisait, anticiperait les modèles de prédiction.