Charge environnementale : pourquoi les femmes sont-elles plus écolo ?

Tri des déchets, courses en vrac, plats frais avec des légumes bio et de saison, produits du quotidien faits maison, recherche d'info pour choisir les marques les plus éthiques... Pourquoi les femmes sont-elles plus écolos que les hommes et notamment au sein du foyer ?

Femmes plus écolo
En Grande-Bretagne, 71% des femmes ont adopté un mode de vie plus écolo contre seulement 59% des hommes...

C'est un constat : les femmes sont plus préoccupées par l'environnement et le réchauffement climatique que les hommes. C'est une étude réalisée en 2018 par Mintel, une société basée à Londres, qui a permis d'apporter quelques données chiffrées : 71% des femmes interrogées au Royaume-Uni déclaraient avoir adopté un mode de vie plus écolo qu'en 2017 contre 59% des hommes. 77% d'entre elles recyclent régulièrement contre 67% des hommes.

Le changement climatique préoccupe de plus en plus les citoyen.ne.s. Pourtant, comme le prouve l'étude londonienne, les gestes écologiques sont majoritairement pratiqués par les femmes. Alors si nous sommes tous concernés par l'urgence climatique, comment expliquer l'écart entre les genres lorsqu'il s'agit de mettre à exécution des actions éco-responsables ?

La réponse est simple : le stéréotype selon laquelle l'écologie serait une cause associée au genre féminin. Et ça se voit au sein du foyer où les femmes sont davantage impliquées dans le 0 déchet et les gestes écologiques. D'ailleurs, dans le mot écologie, le préfixe "éco" vient du grec "oïkos" et désigne le foyer...

Qu'est-ce que la charge environnementale ? :

En cause ? L'éternelle inégalité dans le partage des tâches ménagères. Un sondage Ifop, publié en 2019, révélait que 44% des françaises interrogées faisaient "beaucoup plus" de tâches ménagères que leur conjoint, soit 1% de moins qu'en 2015. Un phénomène que l'on peut expliquer par la charge mentale - le poids psychologique de la gestion des tâches domestiques - auquel s'ajoute la charge environnementale depuis la prise de conscience écologique.

Le gène de l'écologie n'existe pas. Ce n'est donc pas lié au sexe mais au genre. Le travail du "care" ("prendre soin" en anglais) est associé au féminin, comme l'explique Magali Trelohan, enseignante-chercheuse : "On apprend plus aux petites filles qu’aux petits garçons à se soucier des autres. Et ça s'étend jusqu'aux soucis de la nature. C'est ce que l'on appelle "le care". En grandissant (...) elles [les femmes] se sentent plus préoccupées par les autres, par l’environnement."

Ces éléments permettraient alors d'expliquer pourquoi, même si l'ensemble de la famille adhère à la réduction des déchets au sein du foyer, ce sont toujours les femmes qui supportent la charge environnementale en achetant en vrac, des produits bio et de saison, en cherchant des infos afin de faire les choix les plus éthiques possibles. Survient alors une autre question : pourquoi les hommes ne participent pas aux actions environnementales à la maison ?

L'écologie, une menace pour la virilité :

En 2017, une étude américaine avait révélé que les gestes écolos étaient perçus comme une valeur féminine (toujours dans ce travail du "care"). Faire ses courses avec un sac en toile réutilisable plutôt qu'un sac en plastique semble trop féminin pour certains hommes et serait même, consciemment ou non, une menace pour leur virilité, comme le prouvait l'étude menée sur 2000 américains et chinois des deux genres.

Autre constat : les hommes ne craignent pas le réchauffement climatique autant que les femmes comme l'explique une étude menée par des chercheurs de l'université de Yale en 2018. 58% d'en entre eux s'en inquiétaient contre 63% des femmes. Plus inquiètes car elles en sont aussi plus victimes : en moyenne, les femmes sont 14 fois plus susceptibles de mourir que les hommes lors de catastrophes climatiques.

Plusieurs solutions pour intéresser davantage les hommes à l'écologie : "masculiniser" les actions écologiques pour les rassurer et les pousser à agir. Autre solution : l'argument économique ! En se basant sur le même stéréotype de genre, les hommes sont plus affectés par l'argent. Et écologie et économie font souvent bon ménage. Mais la meilleure solution restera d'abolir le stéréotype de genre dans le domaine de l'écologie et que chacun fasse sa part.