tameteo.com

Fort coup de vent au nord jeudi : des rafales à 100 km/h attendues

Après un début de semaine froid mais ensoleillé, les conditions se dégraderont progressivement à partir de mercredi. La journée de jeudi sera ainsi la plus agitée de la semaine avec un fort coup de vent attendu. Le point sur la situation attendue.

Un fort coup de vent est attendu jeudi dans le nord et le nord-ouest du pays avec des rafales atteignant 100 km/h.
Un fort coup de vent est attendu jeudi dans le nord et le nord-ouest du pays avec des rafales atteignant 100 km/h.

Au revoir l'anticyclone, bonjour les dépressions ! Le temps s'apprête à changer en raison du retrait de l'anticyclone des Açores qui étendait jusque-là son influence en direction de la France. Il va désormais s'étaler vers le bassin méditerranéen, laissant la place à un flux d'ouest. Des dépressions, parfois très creuses, vont ainsi circuler sur le nord de l'Europe, depuis les îles britanniques vers la Scandinavie, apportant un temps humide et surtout venté. La journée de jeudi s'annonce comme la plus perturbée de la semaine avec le passage d'un front pluvieux accompagné de fortes rafales de vent jusque dans les terres.

Des rafales de 80 à 110 km/h dans le nord et le nord-ouest

La perturbation, associée à la dépression qui s'approchera de la Grande-Bretagne dès mercredi avec une pression en son centre de seulement 965 hPa, apportera des pluies faibles mais continues dans le quart nord-ouest. Ces précipitations traverseront les trois quarts du pays entre la matinée et l'après-midi de jeudi. À leur passage, le vent sera modéré avec des rafales de l'ordre de 50 à 60 km/h.

Des pointes à 100 km/h pourront être approchées dans l'intérieur des Hauts-de-France.

Mais c'est véritablement en cours de journée, dans le ciel de traîne composé d'averses et se mettant en place à l'arrière de la perturbation que les bourrasques seront les plus puissantes. Elles pourront alors atteindre 90 à 110 km/h en bord de Manche et de mer du Nord et entre 80 et 90 km/h dans les terres d'un large quart nord-ouest jusqu'au Grand Est. Des pointes à 100 km/h pourront même être ponctuellement approchées dans l'intérieur des départements du Nord et du Pas-de-Calais.

Vendredi, les conditions demeureront instables avec des averses et encore de bonnes rafales, atteignant 80 à 90 km/h sur l'extrême nord. Un nouveau coup de vent, moins étendu, pourrait se manifester durant la matinée de samedi, au passage d'une nouvelle perturbation, avec des rafales de l'ordre de 100 km/h en Manche et jusque sur la côte d'Opale. L'ambiance restera également ventée dimanche dans les régions septentrionales avant le retour d'un temps plus calme en début de semaine prochaine.

Coup de vent et tempête en mars : une situation normale ?

Le seuil de la tempête sera donc simplement approché en fin de semaine, une situation non exceptionnelle en fin d'hiver qui correspond à la saison où les tempêtes sont les plus fréquentes sur notre pays, soumis à un courant d'ouest parfois puissant. L'année dernière, pas moins de deux dépressions ont ainsi généré des vents violents : Léon le 1er mars et Myriam le 3.

Le cœur de la 1ère dépression a circulé sur les Pays-de-la-Loire et le bassin parisien, générant des rafales de vent violents au sud de cette trajectoire de l'ordre de 122 km/h au Cap Ferret (Gironde), 115 km/h sur L'Île-d'Yeu (Vendée), 113 km/h à Lons-le-Saunier (Jura), 109 km/h à Prémery (Nièvre), 105 km/h à Bordeaux ou encore 104 km/h à Châteauroux (Indre). Deux jours plus tard, Myriam a cette-fois touché les régions atlantiques avec de puissantes bourrasques, atteignant 143 km/h à Messanges (Landes), 134 km/h à Saint-Jean-de-Luz ou encore 127 km/h à Pau et Tarbes.

Par le passé, des tempêtes bien plus violentes ont touché le pays. Zeus, le 6 mars 2017, a généré des rafales record en Bretagne, jusqu'à 193 km/h à Camaret-sur-Mer (Finistère) et 190 km/h à Ouessant. Le 11 mars 1963, une très violente tempête a balayé le nord-ouest avec des rafales proches de 200 km/h sur la presqu'île de Quiberon (Morbihan) ou encore 154 km/h dans le Val-d'Oise ! En 1967, c'est toute la moitié nord qui est balayée par des vents tempétueux dans la nuit du 12 au 13 avec des vents soufflant jusqu'à 167 km/h à Orléans, 146 km/h à Rennes et 141 km/h dans les rues de la capitale.