La planète en surchauffe : près de 35°C relevés en Laponie !

Il n'avait jamais fait aussi chaud à aussi haute latitude en Europe. Il y a quelques jours, les températures ont atteint les 34,3°C en Laponie norvégienne. Un record pour la région, quelques jours à peine après le dôme de chaleur historique au Canada.

Laponie
Avec une température de 34,3°C relevée le 5 juillet, le record absolu de chaleur en Norvège a été battu.

De la Laponie on imagine facilement le froid piquant, les grandes étendues enneigées... mais assez peu la canicule ! Et pourtant, il y a quelques jours, cette région située au nord de la Norvège, de la Suède et de la Finlande connaissait une vague de chaleur remarquable, avec des records de températures pour cette latitude.

Quelques jours après le dôme de chaleur historique à l'ouest du Canada et des États-Unis, et quelques jours avant une autre vague de chaleur potentiellement importante que le nord du Maghreb et l'Espagne, c'est une grande partie de la planète qui surchauffe en ce début d'été 2021.

Record de chaleur pour la Laponie

La chaleur qui règne sur la Laponie et plus largement sur une bonne partie de la Scandinavie n'est pas nouvelle. Depuis plusieurs semaines, les hautes pressions dominent sur cette partie du globe et les températures sont constamment au-dessus des normales saisonnières, parfois plus de 10°C au-dessus de ces dernières. Au niveau national, le mois de juin a été le troisième plus chaud enregistré en Suède.

Les températures sont encore montées d'un cran il y a quelques jours, en partie en raison du dôme de chaleur historique observé au Canada et au nord-ouest des États-Unis. Ce processus a favorisé une autre vague de chaleur, cette fois sur la Scandinavie, avec des températures historiques jamais relevées au nord du 70e parallèle nord en Europe.

Le mercure est monté jusqu'à 34.3°C à Lakselv-Banak, dans le nord de la Norvège, soit 1,3°C de moins seulement que le record national de chaleur en Norvège (35.6°C à Nesbyen, dans le sud du pays en 1970). De nombreuses localités lapones ont connu des températures dépassant les 30°C ces derniers jours, comme Utsjoki Kevo ou Nuorgam en Finlande.

Les effets du changement climatique

Conséquence directe de ce mois de juin et de ce début du mois de juillet particulièrement chauds en Scandinavie, la mer Arctique connait l'étendue de banquise la plus faible jamais enregistrée, environ 1 million de km2 en moins que la moyenne des années 2000.

De l'autre côté du globe, malgré l'hiver qui s'installe, il n'avait jamais fait aussi chaud en juin en Nouvelle-Zélande.

Alors que l'ouest nord-américain vient de connaître la pire vague de chaleur de son histoire et que le Maghreb et le sud de l'Espagne s'apprêtent à connaître des températures proches de 50°C, c'est une grande partie de l'hémisphère nord qui surchauffe en ce début d'été.

Évidemment, il est impossible de ne pas y voir les effets du changement climatique, avec une multiplication des vagues de chaleur un peu partout sur le globe, et surtout des températures de plus en plus élevées à des latitudes tempérées, et qui se rapprochent désormais des températures observées dans les déserts du Moyen-Orient.