La fonte des glaces bat des records ces trois dernières décennies

L'observation satellite menée entre 1994 et 2017 a révélé un triste record qui inquiète les scientifiques. La fonte des glaces s'est accélérée partout dans le monde : entre 1994 et 2017, 28.000 milliards de tonnes de glace ont disparu.

La fonte des glaces bat des records ces trois dernières décennies.
La fonte des glaces bat des records ces trois dernières décennies.

C'est une conséquence inquiétante du réchauffement climatique. Selon une étude menée par une université britannique de Leeds, Edimbourg et l'University College de Londres tout juste publiée dans la revue scientifique Cryosphere, 28.000 milliards de tonnes de glace ont disparu entre 1994 et 2017. C’est l'équivalent d'une couche de glace de 100 mètres d'épaisseur recouvrant tout le Royaume-Uni qui est devenu de l’eau.

Mais c’est surtout cette accélération de cette fonte qui inquiète : en 23 ans, celle-ci s'est accélérée de 57%, passant de 800 milliards de tonnes annuelles dans les années 1990 à 1 300 milliards de tonnes par an en 2017.

C’est l'équivalent d'une couche de glace de 100 mètres d'épaisseur recouvrant tout le Royaume-Uni qui est devenu de l’eau.

Pour mener ces recherches, les chercheurs se sont basés sur des observations satellitaires de la cryosphère, qui comprend les glaciers, les calottes polaires ou encore la banquise.

Perte importante dans l’océan Arctique

Si toutes les régions étudiées sont concernées par ce phénomène, attribué à une hausse des températures atmosphériques et océaniques, les pertes sont les plus importantes pour la glace de l'océan Arctique (7.600 milliards de tonnes) et de l'Antarctique (6.500 milliards de tonnes). Les glaciers de montagne ont fondu de 6.100 milliards de tonnes. « La fonte de la calotte glaciaire du Groenland est à son paroxysme sur ces trois ou quatre derniers siècles, et certainement encore avant », avait déjà alerté Luke Trusel, chercheur à la Rowan University du New Jersey et auteur principal dans une autre récente étude, publiée dans Nature.

"Les calottes glaciaires suivent maintenant les pires scénarios de réchauffement climatique établis par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat" a souligné Thomas Slater, l'auteur principal de l'étude.

Une hausse des océans

Ces fontes ont indirectement contribué à une hausse du niveau des océans de 35 millimètres. Or, « chaque centimètre de hausse du niveau de la mer menace de déplacement environ un million de personnes », indiquent les auteurs. Ce phénomène aura « des impacts très graves sur les communautés côtières durant ce siècle ».

Ces fontes ont indirectement contribué à une hausse du niveau des océans de 35 millimètres

L'étude précise également que la fonte des glaciers terrestres menace les régions riveraines d'inondations et, à plus long terme, de manque d'eau puisqu'ils constituent une importante ressource d'eau douce.

La fonte des glaces réchauffe le climat ?

Mais plus récemment, des chercheurs nous apprenaient qu'inversement, la fonte de la glace de mer peut à son tour provoquer un réchauffement climatique brutal. Une rétroaction plutôt inquiétante. Ces travaux montrent en effet que la glace de mer a pu, par le passé, décliner de manière importante, en moins de 250 ans. Simultanément, les eaux des océans se sont mélangées. Un excès de chaleur a été libéré dans l'atmosphère, entraînant un soudain réchauffement du climat.

Mi-janvier, l'ONU a alerté que le monde se dirigeait vers un réchauffement climatique "catastrophique" au XXIe siècle, après une année 2020 la plus chaude dans le monde, à égalité avec 2016.