Feux de forêts en Méditerranée : le risque perdure

Les feux de forêts ont tendance à se multiplier dernièrement dans le sud de l'Europe, plus particulièrement autour de la Méditerranée. Après l'Aude et la Catalogne le week-end dernier, des incendies sévissent actuellement en Grèce et surtout en Sardaigne, où la situation reste critique.

feu
Les départs de feux sont souvent occasionnés par la main de l'homme, le plus souvent par un mégot de cigarette.

Alors qu'une très grande partie de la France connaît un mois de juillet plus humide que la normale, ce n'est pas le cas des régions méditerranéennes où le déficit hydrique s'accentue depuis le mois de juin. Le sud-est de la France n'est pas le seul concerné, c'est tout le bassin méditerranéen qui connaît un début de sécheresse.

En conséquence, le moindre départ de feu est propice à de gigantesques incendies. Le week-end dernier, l'Aude et la Catalogne ont connu d'importants feux de forêts. En ce début de semaine, les regards sont tournés vers la Grèce, mais aussi et surtout vers la Sardaigne, où 20.000 hectares de végétation ont déjà brûlé lundi et mardi.

L'incendie dans l'Aude désormais "fixé"

Il s'agit du plus important incendie de l'été jusqu'ici en France. Samedi dernier, un départ de feu s'est rapidement étendu dans le secteur de la montagne d'Alaric dans l'Aude. Le feu a finalement été fixé à la fin du week-end, après l'intervention de près de 900 sapeurs-pompiers. Environ 900 hectares de végétation sont partis en fumée, mais les dégâts restent dans l'ensemble limités.

La Catalogne a également connu d'importants feux de forêts en fin de semaine dernière entre Barcelone et Tarragone. Environ 1300 hectares de forêt ont brûlé, non loin du parc naturel du Cap de Creus, l'un des endroits les plus sauvages de la Costa Brava. Selon les autorités locales, l'incendie a été déclenché par un mégot de cigarette qui a été retrouvé par les pompiers. Des analyses ADN sont actuellement en cours afin d'identifier l'auteur.

Situation critique en Sardaigne

En Sardaigne, un vaste incendie s'est déclenché le week-end dernier et est actuellement toujours en cours ce mercredi. Plus de 20.000 hectares de végétation sont déjà partis en fumée sur cette île italienne au sud de la Corse. 1200 personnes ont dû être évacuées, mais le bilan fait déjà état de plusieurs centaines d'animaux tués et des dizaines de maisons brûlées.

Environ 7500 personnes sont engagées dans des opérations de secours, dont des renforts français venus de Corse, dans le cadre du mécanisme européen de protection civile sollicité par l'Italie.

En Grèce aussi, un vaste incendie s'est déclaré mardi au nord d'Athènes, non loin du mont Penteli. Le maire de la commune de Dionysos déplorait déjà un incendie "incontrôlable". Le vent soufflant à près de 40km/h complique les opérations de secours et favorise une expansion rapide des flammes.

La sécheresse en partie en cause

La sécheresse qui sévit actuellement en Méditerranée favorise évidemment ces incendies, de même que les vents forts qui favorisent l'expansion des flammes. Néanmoins, très souvent, le départ de feu est dû à un acte volontaire ou une inattention, comme le fait de jeter un mégot de cigarette par terre.

Le changement climatique ne devrait pas arranger la situation dans les prochaines années. Les simulations effectuées par Météo-France montrent un risque croissant de feux de forêts jusqu'à l'horizon 2100, avec un allongement de la saison propice aux feux. En outre, les incendies pourrait également s'étendre au-delà des régions méditerranéennes, jusqu'en Sologne ou dans les Landes.