L'éruption d'un super volcan pourrait changer le climat de la Terre !

Comme son nom l'indique, un super volcan représente une situation à risque, avant, pendant et après l'éruption. On sait maintenant que cette situation à risque s'étend dans le temps sur des périodes de milliers d'années.

Monte Fuji, Japão.
Photo du Mont Fuji au Japon.

Une étude récente d'un super volcan en Indonésie, développée par un groupe de scientifiques internationaux et publiée par l'Université de Curtin en Australie, a révélé qu'un grand volcan capable d'expulser des millions de m3 de magma et d'autres matériaux peut rester actif et poser un véritable danger des milliers d'années après un événement éruptif.

Cette découverte s'est avérée très importante, car elle remettait en cause toutes les connaissances existantes sur ce sujet, et pourrait influencer l'évaluation des risques futurs.

En analysant les éruptions de super volcans, on se rend compte qu'il s'agit d'événements potentiellement catastrophiques qui peuvent facilement changer radicalement le climat de la planète Terre. Lorsque d'énormes quantités de magma sont libérées dans les couches inférieures de l'atmosphère, presque instantanément, les conditions sont créées pour l'émergence d'un "hiver volcanique" - le rayonnement solaire est empêché d'atteindre la surface de la terre, provoquant une période anormalement froide qui aura des impacts vraiment terribles sur l'activité agricole et la population mondiale.

On sait que les volcans de grandes dimensions entrent en éruption avec une fréquence de milliers d'années, ce qui n'était pas aussi bien étudié jusqu'à présent que ce qui se passe dans les périodes entre les moments éruptifs et les moments de « dormance ». Cette étude vise à mieux comprendre ce qui se passe dans la phase où les volcans sont « endormis », dans laquelle ils ne présentent apparemment aucun danger, ayant à leur tour démontré qu'il existe un potentiel d'occurrence d'événements catastrophiques.

Comprendre la dynamique des super volcans

Selon l'un des auteurs de cette étude, comprendre la dynamique d'un super volcan est essentiel lorsqu'une grande éruption se produit, car on estime qu'un événement de ce type se produit, en moyenne, tous les 17 000 ans.

La base de cette étude était le super volcan Toba (qui a donné naissance à ce qui est maintenant le lac Toba) en Indonésie, qui est entré en éruption il y a 75 000 ans. Les scientifiques voulaient comprendre ce qui était arrivé au magma restant de cette éruption et comment le système s'était comporté après le grand événement. Ils ont pu vérifier que le magma a continué à se déplacer entre 5 000 et 13 000 ans après l'éruption, formant une énorme « coquille » qui a fini par s'élever également.

Cette découverte s'est avérée extrêmement importante, car elle remettait en cause toutes les connaissances existantes sur ce sujet, et pourrait avoir un impact sur l'évaluation des risques futurs. Ainsi, une éruption peut ne pas consister uniquement en la présence de magma liquide. Par conséquent, en ne vérifiant pas la sortie de magma liquide, cela ne signifie pas que l'éruption est terminée et qu'elle ne représente plus un danger pour la population au niveau local, régional ou même mondial.