tameteo.com

Vous attirez les moustiques ? La science vous explique enfin pourquoi !

Pour certaines personnes, les moustiques sont un véritable cauchemar. Pour les moustiques, en revanche, certaines personnes sont de véritables délices. Pourquoi certaines personnes sont-elles des aimants pour ces insectes ?

Pourquoi certaines personnes attirent-elles plus les moustiques que d'autres ?
Pourquoi certaines personnes attirent-elles plus les moustiques que d'autres ?

Une scène familière. Une personne évite les bourdonnements et gifle l'air pour éviter d'être piquée par un moustique. Pendant ce temps, un autre la regarde comme si de rien n'était. On le savait déjà : les moustiques ont leurs préférences lorsqu'il s'agit de choisir où planter leur dard. Et bien que l'on ait longtemps pensé que ce choix était lié au groupe sanguin, il n'y a jamais eu suffisamment de preuves pour étayer cette idée.

Maintenant, une enquête apporte des réponses. Les travaux ont été publiés le mois dernier dans la revue Cell et ont été dirigés par le neurobiologiste Leslie Vosshall, du Howard Hughes Medical Institute et de l'Université Rockefeller ; et María Elena De Obaldía, scientifique à la société de biotechnologie Kingdom Supercultures.

La soi-disant "attraction différentielle" que certaines personnes ont sur les moustiques est due à certaines odeurs corporelles. Mais cette odeur n'a rien à voir avec ce que nous avons mangé ou avec notre hygiène personnelle. Mais avec notre "profil olfactif", cette odeur unique que nous avons tous et qui résulte de la combinaison de composés chimiques qui forment l'appât de notre peau, qui est la couche huileuse qui aide à la maintenir hydratée et protégée.

L'appât sur notre peau attire les moustiques.
L'appât sur notre peau attire les moustiques.

Plus précisément, les recherches ont révélé que les individus qui produisent des niveaux élevés d'acide carboxylique s'avèrent être préférés par ces insectes. "Il existe une association très forte entre la présence de grandes quantités de ces acides gras dans la peau et le fait d'être un aimant pour les moustiques", a déclaré Vosshall dans un communiqué de l'université.

Un autre résultat pertinent est que le niveau "d'attraction" exercé sur les moustiques - qu'il soit élevé ou faible - se maintient dans le temps, indépendamment de tout changement d'habitudes. "Ce que nous savons, c'est que le niveau d'acides carboxyliques reste assez constant dans le temps. Ceci, à son tour, maintient le profil olfactif d'une personne inchangé." explique Vohall. "Cette capacité est maintenue tout au long de la vie, ce qui est une bonne ou une mauvaise nouvelle, selon la personne en question", a-t-il ajouté.

Tournoi de moustiques

Pour parvenir à ces conclusions, l'équipe de recherche a travaillé avec 64 participants à qui on a demandé de porter des bas en nylon pendant six heures, pour les imprégner de leur « profil olfactif » unique. Ensuite, ces bas ont été distribués dans des conteneurs fermés où se trouvaient des moustiques femelles Aedes aegypti. L'expérience a été répétée pendant plusieurs mois.

L'objectif était d'observer le comportement des insectes et d'identifier s'il y avait des préférences, ce qui s'est réellement produit : ils étaient à plusieurs reprises orientés davantage vers certains bas et moins vers d'autres.

La peau des sujets les plus attirants a des niveaux plus élevés d'acides carboxyliques.
La peau des sujets les plus attirants a des niveaux plus élevés d'acides carboxyliques.

"Le sujet 33 était quatre fois plus attirant pour les moustiques que le participant suivant le plus attirant de l'étude, et 100 fois plus attirant que le sujet 19 le moins attirant." indique le rapport. En d'autres termes, le participant 33 était le plus gros aimant à moustiques. Son attirance était plus de 100 fois supérieure à celle des moins séduisants, 19 et 28 ans.

Les profils olfactifs des participants ont ensuite été analysés et la caractéristique pouvant expliquer cette attraction différentielle y a été trouvée. La peau des sujets les plus attirants avait les niveaux les plus élevés d'acides carboxyliques. Et à l'inverse, les moins attractifs en contenaient une quantité beaucoup plus faible.

Pourquoi certaines personnes produisent-elles des niveaux plus élevés de ces acides ? Cette question est encore ouverte pour de futures recherches. De même, il faudra rechercher si d'autres espèces de moustiques réagissent de la même manière. Cette recherche s'est concentrée sur l'Aedes aegypti en raison de son degré de dangerosité, puisqu'il est un vecteur de maladies telles que le virus Zika, la dengue et le Chikungunyam.

Bien que des interrogations demeurent, cette étude apporte des connaissances qui seront utiles pour des projets déjà à l'ordre du jour de certains laboratoires, et qui portent sur le développement de répulsifs longue durée permettant de lutter contre les maladies transmises par ces insectes.