Réchauffement climatique : la France va-t-elle brûler chaque été ?

Le feu de forêt qui a ravagé plus de 8.000 hectares dans le Var s'ajoute à une longue liste d'incendies cet été sur le bassin méditerranéen. Le réchauffement climatique est-il en cause ? Risque-t-on d'avoir de gigantesques feux de forêts tous les étés en France ?

feu
L'incendie dans le Var a déjà ravagé plus de 7.000 hectares de forêt, dont une grande partie de réserve naturelle.

Grâce à des conditions météo un peu plus favorables, le violent feu de forêt dans le Var est en passe d'être fixé ce vendredi par les pompiers. Depuis lundi, un peu plus de 8.000 hectares de forêt ont brûlé dans le massif des Maures. Il s'agit du feu de forêt le plus important en France depuis des années. Le bilan humain fait état de 2 morts et une trentaine de blessés légers.

Cet incendie s'est rapidement propagé du fait du vent mais aussi et surtout de la sécheresse des sols, particulièrement importante cette année sur tout le bassin méditerranéen. Faut-il y voir l'empreinte du réchauffement climatique ? Risque-t-on de voir des feux de forêts plus fréquents et plus étendus dans les prochaines années ? Éléments de réponse.

Le réchauffement climatique à l'oeuvre

En plus du bilan humain, c'est un bilan écologique particulièrement lourd qui se dessine après ce gigantesque feu de forêt dans le Var. La réserve naturelle de la plaine des Maures qui abrite plusieurs dizaines d'espèces protégées a été dévastée de moitié par l'incendie. Il s'agit notamment du seul espace naturel en France où vivent des tortues d'Herman.

Les feux de forêts ne sont pas une nouveauté en Méditerranée, en revanche, le changement climatique tend à les rendre plus fréquents et plus intenses. D'années en années, les températures sont de plus en plus élevées et l'humidité des sols devient minimale. Ces sécheresses quasi-annuelles sont un terrain favorable à la propagation des feux de forêts.

En visite sur place mardi, le chef de l'État n'a pas fait mystère de l'implication du réchauffement climatique dans ces phénomènes : "Ce qui est clair, c'est que le dérèglement climatique nous conduira à voir de tels événements. Ce qu'on observe, c'est qu'on en a en France aussi au nord de la Loire et qu'on en a parfois plus tardivement".

Un risque qui va s'étendre vers le nord de la France

La déclaration d'Emmanuel Macron fait écho aux alertes répétées des climatologues sur l'extension du risque de feux de forêts. Les sécheresses et canicules exceptionnelles de 2019 et 2020 ont entraîné des incendies jusque sur le centre et le nord du pays, dans des zones pourtant peu habituées à ce genre de phénomènes.

Selon les modélisations de Météo-France, l'indice de risque de feux de forêts progressera de 30% d'ici à 2040, et probablement de 75% d'ici 2060. À cette échéance, une année comme 2003 deviendrait ainsi la norme en matière de danger météorologique de feux de forêts.

Le risque resterait particulièrement élevé autour de la Méditerranée, mais se propagerait également plus facilement aux forêts des Landes et de Sologne, voire ponctuellement au nord de la Loire, jusqu'à la forêt de Fontainebleau. De plus, le risque s'étendrait également dans l'année, débutant plus tôt et s'arrêtant plus tard, en septembre voire octobre.

En plus des actions d'atténuation du réchauffement climatique, il est urgent d'adapter davantage les forêts françaises en les entretenant et en les conservant ouvertes. En outre, il est nécessaire de renforcer la sensibilisation du public aux risques de feux de forêts.