L’impact de la météo de l’été sur notre économie !

La météo influe les ventes de produits et impacte le chiffre d’affaires de divers secteurs. Certains produits peuvent voir leurs ventes doubler par temps estival. Mais quels sont ces produits dits « météo-sensibles » pendant l’été ?

Johanna Castelle Johanna Castelle 14 Août 2019 - 06:49 UTC
climpact
D'après Climpact-Metnext, la météo influence près de 40% des ventes de produits de grande consommation en France.

Un temps ensoleillé peut influencer notre humeur et nous rendre plus joyeux que d’habitude par exemple. Il nous aide aussi à nous habiller. Mais pas seulement… Les conditions météorologiques influencent aussi l’économie d’un pays ! Les températures, le soleil ou encore les pluies peuvent orienter le comportement des consommateurs, et déclencher ou non un acte d’achat d’un produit ou d’un service. On parle alors de « météo-sensibilité ».

Les produits météo-sensibles de l’été

La nature des produits conditionne sa « sensibilité » à la météo. Par exemple, un temps ensoleillé et chaud boostera les ventes des boissons (bières, eaux minérales, jus de fruits, sodas), les glaces, les salades fraîches, les déodorants, les sirops, le maïs en conserve, ou encore les saucisses fraîches pour les barbecues ! A l’inverse, les ventes de pâtes, de tablettes de chocolat, de soins du visage, de plats cuisinés surgelés ou de beurre peuvent considérablement chuter.

La bière est un bel exemple de produit météo-sensible. Passée la barre des 25°C, chaque degré supplémentaire entraîne une hausse de 5% à 7% du volume des ventes de bières, selon une étude menée par Météo-France dans le sud-est de la France entre 1993 et 2000. Par exemple, lors de la canicule de juin, les bières ont connu des ruptures de stocks supérieures à la normale (9% de rupture). Mais les glaces n’étaient pas en reste : leurs ventes ont progressé de 80% en France cette même semaine !

Les services sont aussi sous l’influence de la météo !

Concernant le tourisme, selon une étude du Credoc, 1°C au-dessus des normales saisonnières entraîne une hausse de 1,5% de la fréquentation touristique, de quoi laisser les professionnels de ce secteur aux aguets de la pluie et du beau temps. Les températures, l’ensoleillement ou encore les précipitations vont en effet déterminer les réservations des touristes. Plus particulièrement, dans le secteur de l’hôtellerie, une baisse de seulement 1°C par rapport aux normales saisonnières au mois de juin par exemple, fera diminuer le chiffre d’affaires de l’ordre de 8 à 10%.

Bordeaux
Soleil et chaleur à Bordeaux ce samedi après-midi.

Les prochains jours s’annoncent variables sur les régions situées au nord du pays, mais plus ensoleillés en allant vers le sud. Côté températures, on attend une hausse des valeurs en fin de semaine. De quoi se laisser tenter par des sorbets ou des boissons désaltérantes ! Tout sourira ainsi aux ventes de ces secteurs. A l’inverse, les confiseries chocolatées ou bien les potages ne seront sans doute pas les stars des rayons ces prochains jours !

Publicité