Météo : 40 à 42 degrés dès jeudi, y a-t-il un risque de canicule ?

Si un premier pic de chaleur a touché le sud-ouest de la France ce lundi, un deuxième pic de chaleur plus intense et plus étendu géographiquement est attendu en fin de semaine sur le pays. La barre des 40°C devrait être dépassée pour la première fois de l'année.


Albi
Albi a été la plus chaude de France ce lundi après-midi avec 39.9°C.

Les prévisions se sont avérées justes. Comme prévu, le mercure a frôlé la barre des 40°C hier après-midi dans le sud-ouest de la France avec une maximale anormalement élevée de 39.9°C à Albi dans le département du Tarn. D'une manière plus générale, les valeurs les plus élevées ont été enregistrées dans le sud-ouest de la France avec 39.0°C à Cahors (Lot), 38.3°C à Auch, 38.0°C à Montauban et 37.5°C à Toulouse.

Après ce premier coup de chaleur dans le sud-ouest, les valeurs vont fortement baisser ce mardi après-midi avec localement 10 degrés de moins par rapport à hier après-midi. Toutefois, les fortes chaleurs vont se maintenir pour ces 48 prochaines heures dans la vallée du Rhône avec des valeurs souvent proches de 35 degrés.

40 à 42 degrés jeudi ?

Après une journée de mardi plus mitigée, le beau temps va de nouveau s'installer sur l'ensemble du pays pour la journée de mercredi. Côté températures, les maximales seront chaudes mais sans excès.
Le deuxième pic de chaleur interviendra dès la journée de jeudi avec à nouveau des températures pouvant dépasser la barre des 40°C dans le sud-ouest. Les villes de Mont-de-Marsan, Agen ou Bergerac pourraient afficher 40°C ou plus dans l'après-midi. D'une manière générale, les plus fortes chaleurs pourraient concerner les Landes, la Gironde et le Béarn avec des pointes possibles à 41 ou 42 degrés selon les dernières prévisions.

Les fortes chaleurs s'étendront également vers les régions plus au nord avec des pointes à 40°C possibles à Châteauroux ou Romorantin-Lanthenay. Les fortes chaleurs devraient également concerner le centre-est entre jeudi et samedi avec des pointes à 40 degrés (à Lyon notamment). Dans certains départements du centre-est (le Rhône ou la Drôme notamment), une vigilance canicule pourrait être lancée en raison du dépassement des seuils de la canicule.

Enfin, l'Île-de-France pourrait également connaître vendredi après-midi des températures anormalement élevées avec des pointes possibles à 38/39 degrés. Fort heureusement, dès samedi, les valeurs baisseront sur la plupart des régions et retrouveront un niveau plus raisonnable. Seuls les départements de la vallée du Rhône pourraient encore enregistrer des températures avoisinant les 35 degrés.

Juillet historiquement sec

Juillet est également un mois très sec, très certainement le mois le plus sec de ces 60 dernières années. Au niveau national et à la date du 26 juillet, le cumul pluviométrique moyen au niveau national atteint seulement 15 millimètres, soit 25% de la pluviométrie d'un mois de juillet classique.

À Paris, le cumul pluviométrique atteint seulement 8,5 millimètres à la date du 27 juillet pour une normale mensuelle de 62.3 millimètres.

Dans ce contexte de déficit pluviométrique, 53 départements sont concernés par des restrictions d'eau. 13 départements sont même en situation de crise et placés en vigilance rouge. Dans ces départements en rouge, les prélèvements d'eau à des fins agricoles sont totalement proscrits.