Fortes pluies : l’été est-il compromis cette année ?

Depuis le mois de mai, la France est concernée par des situations de goutte froide répétées, avec à la clé des pluies fréquentes et un ensoleillement en berne. Ainsi, à l’approche de la mi-juillet, ce n’est pas la sécheresse qui inquiète mais le beau temps qui se fait attendre...

Si le bleu domine depuis plusieurs semaines en Méditerranée, c'est le gris qui s'impose partout ailleurs avec des pluies fréquentes.
Si le bleu domine depuis plusieurs semaines en Méditerranée, c'est le gris qui s'impose partout ailleurs avec des pluies fréquentes.

La question est sur les lèvres de tous les vacanciers et de ceux qui s’apprêtent à partir : à quand le retour du soleil et de la chaleur ? Si les régions méditerranéennes profitent d’un temps estival depuis plusieurs semaines, partout ailleurs, la météo est morose avec un soleil aux abonnés absents, des températures souvent inférieures aux moyennes de saison et de rares journées sans avoir besoin du parapluie. Cette situation qui n’a rien d’un temps normal pour un début d’été est due à un anticyclone des Açores trop en retrait, laissant alors la place à de petites dépressions s’isolant sur le pays, ce sont les fameuses gouttes froides. Et comme elles évoluent généralement de manière très lente, l’amélioration tarde à se mettre en place.

Des cumuls de pluies encore conséquents cette semaine

Et ce n’est pas cette semaine qui changera la donne avec une goutte froide qui vient se centrer sur le pays, occasionnant des précipitations fréquentes et parfois intenses. À tel point que plusieurs départements du nord-est ont d’ores et déjà été placés en vigilance orange pluie-inondation. Entre lundi et mardi, l’équivalent de près d’un mois de pluie est attendu entre le Jura et l’Alsace, soit entre 50 et 70 mm en moins de 24 heures. Après ce premier passage pluvieux, les précipitations vont continuer de s’enrouler autour de la dépression. Entre mercredi et jeudi, les pluies vont ainsi se maintenir sur le quart nord-est, en étant ponctuellement copieuses.

D’ici la fin de la semaine, les quantités de pluies les plus importantes sont attendues en Lorraine, en Alsace, en Franche-Comté jusqu’au nord des Alpes, en passant par le département de l’Ain. Des cumuls de l’ordre de 100 à 150 mm sont envisagés, avec des pointes à près de 200 mm localement. Dans ces conditions, il faut s’attendre à de nombreux débordements de cours d’eau, après une fin juin déjà humide. Les bassins de la Meuse, de la Moselle, du Rhin ou encore du Doubs devraient donc être soumis à des crues à la suite de ces fortes précipitations durables, une situation assez atypique à cette période de l’année. Hormis le pourtour méditerranéen, les autres régions connaîtront également des précipitations mais dans des proportions nettement plus modestes.

Le bout du tunnel d’ici quelques jours ?

Après cet énième épisode automnal, l’été est-il compromis ? Visiblement non, l’amélioration durable annoncée pour la deuxième quinzaine de juillet semble se confirmer. L’anticyclone des Açores va progressivement étendre son influence en direction de la France et plus largement de l’Europe de l’ouest à l’horizon du week-end. En début de semaine prochaine, il remontera même vers les îles britanniques pendant qu’une autre zone de hautes pressions se formera vers l’archipel portugais. Conséquence du retour de l’anticyclone : le soleil fera son retour au nord comme au sud à partir du week-end, accompagné d’une hausse assez nette de la température qui repassera même un peu au-dessus des normales de saison.

Mais attention aux petites gouttes froides qui continueront également de circuler sur l’Atlantique la semaine prochaine et qui pourraient se glisser entre deux anticyclones. Si ce scénario n’est pas celui qui est privilégié à l’heure actuelle, il reste possible et aurait pour conséquence le retour assez rapide d’une météo orageuse et donc d’une période de beau temps nettement moins durable. Décidément, cet été n’en fait qu’à sa tête !