tameteo.com

Plages françaises : quel mystérieux poisson mord les vacanciers ?

Depuis quelques semaines, un mystérieux poisson sème la pagaille chez les vacanciers et habitants qui ont choisi la Méditerranée pour se baigner cet été. Nombre de nageurs ont rapporté avoir été mordus...

Baliste mordeur Méditerranée
On sait enfin qui mord les mollets et chevilles de baigneurs des côtes françaises cet été : le baliste commun gris !

Le 8 août dernier, une quarantaine de personnes ont été mordues par une espèce de poisson carnassier : le Baliste Capriscus, sur la grande plage d'Hendaye, dans les Pyrénées-Atlantiques, en France. Apparemment, ce poisson d'eau chaude sème la terreur chez les baigneurs des plages méditerranéennes et atlantiques.

Depuis le début de l'été, le baliste - un poisson vorace qui avait disparu à cause de la surpêche - attaque les baigneurs des côtes françaises. Il a été repéré à plusieurs reprises : sur la Côte d'Azur, dans le Pays basque et même dans la baie de Paimpol en Bretagne ! Comme tout animal, lorsque le baliste se sent menacé, il peut se montrer agressif surtout en été.

Après la prolifération d'Ostreopsis, une algue toxique, l'année dernière, cette année, la grande plage d'Hendaye est touchée par un banc de balistes qui sème la pagaille : "Une première !", selon Arnaud Mandement, directeur général des services de la ville.

"Nous sommes habitués aux piqûres de vives, aux méduses, mais c'est la première fois que je constate ce phénomène", assure Yann Huynh-Tot, chef du poste de secours de la célèbre grande plage du sud-ouest. Avec ses 22 dents - 14 en haut et 8 en bas ! - ce poisson carnassier peut broyer des coquillages, carapaces de crabes ou d'oursins.

Et visiblement, il ne s'attaque pas qu'aux crustacés mais aussi aux mollets et chevilles des nageurs au bord de l'eau. La morsure de ses "mâchoires très puissantes" n'est pas dangereuse pour l'homme mais reste néanmoins douloureuse, rappelle Pascal Romans, conservateur du Biodiversarium de Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales).

Il existe plusieurs variétés de balistes. Sur les côtes françaises, il s'agit principalement du baliste commun gris "assez fin, de couleur gris bleuté". Classée comme « espèce vulnérable » par l'Union internationale pour la conservation de la nature, ce poisson mesure entre 40 et 50 cm et peut peser entre 2 et 3 kg.

"Muni d’yeux très expressifs, de nageoires très pointues, le baliste est assez têtu et tenace", détaille Pascal Romans. S'il est plus agressif en pleine été, c'est parce qu'il s'agit de sa phase de reproduction. Ce qui expliquerait partiellement les morsures envers les nageurs d'après Benjamin Lafon, soigneur technicien au Sea Aquarium du Grau-du-Roi (Gard).

En effet, "durant cette phase, de juin à septembre, la femelle creuse dans le fond sableux un trou afin d'y déposer ses œufs. Pendant ce temps, le mâle protège le nid et donc défend son territoire", explique le conservateur pyrénéen.

En revanche, le baliste commun est surtout présent dans les eaux chaudes du golfe de Gascogne et le long de la Méditerranée. Chaque année, des baigneurs mordus par ce poisson sont recensés sur les plages méditerranéennes. Toutefois sa présence est inhabituelle sur la côte atlantique car il ne s'y aventure jamais.

La faute au réchauffement climatique ! Selon Dominique Barthélémy, conservateur du monde vivant à Océanopolis de Brest, la hausse de la température de l'eau (de mer et des océans) modifie la trajectoire des balistes. En 2022, la température de la Méditerranée est proche des 28°C alors qu'elle est en moyenne de 21°C à la mi-juillet !

Visiblement, ce poisson semble étendre son territoire. Un phénomène "inévitable" d'après le conservateur. Ce qui prouve selon lui que "c'est un signe supplémentaire que les écosystèmes marins se dérèglent".