La variabilité solaire est-elle liée aux cycles La Niña et El Niño ?

Des recherches récentes montrent qu'il existe une relation entre les cycles solaires et la transition des conditions El Niño à La Niña dans l'océan Pacifique.

Soleil
De nouvelles recherches ont trouvé une corrélation entre l'activité solaire et les cycles El Niño et La Niña.

Une nouvelle étude récemment connue montre une corrélation entre la fin des cycles solaires et la transition des conditions El Niño à La Niña dans l'océan Pacifique. Cela suggère que la variabilité solaire peut entraîner la variabilité saisonnière du climat sur Terre, selon EurekaAlert.

L'étude a été dirigée par Robert Leamon de l'Université du Maryland-Baltimore County, et Daniel Marsh du NCAR y a également participé. La recherche a été financée par la National Science Foundation, sponsor du NCAR, et le programme Living With a Star de la NASA.

Si le lien décrit dans le rapport est confirmé, cela pourrait améliorer considérablement la prévisibilité des principaux événements El Niño et La Niña, qui ont un certain nombre d'effets climatiques saisonniers sur Terre. En Argentine, les événements El Niño ont tendance à être associés à une période de pluies plus importantes, à l'opposé de La Niña.

Le comportement des taches solaires

«L'énergie du Soleil est le moteur principal de tout notre système terrestre et rend la vie possible sur Terre», déclare Scott McIntosh, scientifique au National Center for Atmospheric Research (NCAR) et co-auteur de l'ouvrage. "Pourtant, la communauté scientifique n'a pas été claire sur le rôle que joue la variabilité solaire dans l'influence des événements météorologiques et climatiques ici sur Terre. Cette étude montre qu'il y a des raisons de croire que c'est le cas et que le lien a peut-être été négligé dans le passé. "

L'apparition (et la disparition) de taches sur le Soleil, qui sont les signes visibles de la variabilité solaire, sont observées par l'homme depuis des centaines d'années. L'augmentation et la diminution du nombre de taches solaires se produisent par cycles d'environ 11 ans, mais ces cycles n'ont pas de début et de fin clairement définis. Cette imprécision dans la durée d'un cycle particulier a rendu difficile pour les scientifiques de faire correspondre le cycle de 11 ans avec les changements sur Terre.

Cette nouvelle recherche utilise un calcul plus précis sur 22 ans de l'activité solaire, dérivé du cycle de polarité magnétique du Soleil, qui a été décrit comme une alternative plus régulière au cycle solaire de 11 ans dans plusieurs études complémentaires récemment publiées dans des revues spécialisées. Le cycle de 22 ans commence lorsque des bandes magnétiques de charge opposée apparaissent et enveloppent le soleil près des latitudes polaires de l'étoile. Tout au long du cycle, ces bandes migrent vers l'équateur, provoquant l'apparition de taches solaires sur leur chemin à travers les latitudes moyennes. Enfin, le cycle se termine lorsque les groupes se rencontrent au centre, s'annihilant mutuellement dans ce que l'équipe de recherche appelle un événement de fin. Ces terminateurs fournissent des indications précises sur la fin d'un cycle et le début du suivant.

Travailler avec des cycles de 22 ans

Ce que les chercheurs ont fait, c'est superposer ces événements de terminaison aux températures de surface de la mer dans le Pacifique tropical depuis 1960. Là, ils ont découvert que les cinq événements de terminaison qui se sont produits entre cette période et 2010-11 ont coïncidé avec un changement d'El Niño (lorsque les températures de surface de la mer sont plus chaudes que la moyenne) à La Niña (lorsque les températures de surface de la mer sont plus fraîches que la moyenne). La fin du cycle solaire le plus récent, qui se déroule actuellement, coïncide également avec le début d'un événement La Niña.

Niño
La recherche avance sur un sujet déjà étudié mais sur lequel de nombreuses questions restent à résoudre.

Les scientifiques soulignent que le résultat obtenu, cinq achèvements consécutifs alignés sur un changement de l'oscillation El Niño, n'est pas susceptible d'être une coïncidence. Ils ont également effectué une série d'analyses statistiques pour déterminer la probabilité que la corrélation ne soit qu'un hasard. Ils ont constaté qu'il n'y avait qu'une chance sur 5000 ou moins (selon le test statistique) que les cinq événements de terminaison inclus dans l'étude coïncident au hasard avec la baisse des températures des océans.

Il n'a pas été précisé quelle connexion physique entre le Soleil et la Terre pourrait être responsable de la corrélation, mais les auteurs notent qu'il existe plusieurs possibilités qui méritent une étude plus approfondie, y compris l'influence du champ magnétique du Soleil sur le nombre de rayons. Cependant, une relation physique solide entre les variations des rayons cosmiques et le temps n'a pas encore été déterminée.