tameteo.com

Chutes de neige déconcertantes en France... d'origine nucléaire !

Mardi dernier, de nombreux habitants de Cattenom ont été surpris par une chute de neige unique et inattendue, dont l'origine se trouve dans la centrale nucléaire de la région, l'une des plus grandes au monde. Comment est-ce possible ? Nous vous en parlons ici.

neige nucléaire
Mardi, il y a eu un événement assez unique en France: une chute de neige nucléaire dans les environs de Cattenom.

Depuis des jours, une météo froide et neigeuse affecte une bonne partie du continent européen, avec des températures très basses même au niveau de la mer. Dans l'extrême nord-est de la France, et plus précisément dans la ville de Cattenom, il y a eu un événement tout à fait unique : une chute de neige très localisée causée par le noyau central de la région, l'un des plus importants au monde.

Comment une centrale nucléaire peut-elle provoquer une chute de neige?

Cet événement surprenant a eu lieu mardi dernier, alors que les températures étaient négatives en Moselle. Les microgouttelettes émises par les tours de refroidissement de la centrale nucléaire se sont condensées, de sorte que même les radars météorologiques ont détecté le nuage. Les précipitations étaient solides en raison des températures négatives sur le nord de la France.

Les chutes de neige étaient d'une certaine intensité, avec des épaisseurs qui atteignaient même 20 ou 30 centimètres aux endroits les plus proches de la centrale nucléaire. De plus, la neige est tombée dans un rayon d'environ 10 kilomètres. Ce phénomène s'est avéré être une véritable surprise pour les habitants des villes voisines, mais aussi un casse-tête : il a grandement compliqué la circulation, provoquant des embouteillages sur les routes, notamment celles de Cattenom.

Bien que cela semble être de la science-fiction, le fait est que ce n'est pas la première chute de neige documentée d'origine nucléaire. Un phénomène similaire s'est produit en 2019 à la centrale nucléaire de Civaux, également en France, bien que de manière beaucoup plus localisée. Il ne faut pas oublier que la centrale de Cattenom dispose de 4 réacteurs à eau pressurisée de 1 300 MW chacun et de 4 gigantesques tours de refroidissement.

Est-ce de la neige radioactive ?

Comme d'habitude, une énorme alarme a été déclenchée sur la possibilité que la neige soit radioactive. L'eau provient du lac du Mirgenbach, un réservoir qui a été construit pour refroidir la centrale, et n'est pas en contact avec d'autres substances, passant par l'intérieur des tubes du condenseur.

Un phénomène récurrent ?

Bien que ce phénomène ait eu un impact important dans la région, ce n'est pas une chute de neige habituelle en France. Ce phénomène s'était déjà produit l'hiver dernier en Île-de-France et avait apporté beaucoup de neige dans un périmètre très restreint.

Cet épisode très localisé présente des similitudes avec un hydrométéore d'hiver que l'on a pu voir en janvier dernier dans certaines villes de l'intérieur de la péninsule.
Les gouttelettes d'eau que nous voyons sortir des tours des centrales nucléaires sont minuscules. Dans les bonnes conditions, comme cela s'est produit hier à Cattenom, elles s'agglutinent et finalement, à cause de leur poids, finissent par précipiter. Sans aucun doute, une leçon très curieuse qui nous montre comment un élément introduit par des êtres humains peut altérer la météorologie localement.